Acte 32 des «gilets jaunes»: Déception à Marseille et soutien aux salariés de General Electric à Belfort

MANIFESTATION Les « gilets jaunes » n’étaient pas aussi nombreux qu’espéré à Marseille où un appel national avait été lancé, mais ont répondu présents pour soutenir salariés de General Electric à Belfort

20 Minutes avec AFP

— 

Une centaine de «gilets jaunes» a rejoint la manifestation de soutien aux salariés de General Electric à Belfort, menacés par un plan social.
Une centaine de «gilets jaunes» a rejoint la manifestation de soutien aux salariés de General Electric à Belfort, menacés par un plan social. — Elyxandro CEGARRA/SIPA

Ce samedi à l’occasion du 32e rassemblement des « gilets jaunes », plusieurs manifestations ont eu lieu dans différentes villes de France. A Marseille, où un appel national avait été lancé, entre 500 et 600 personnes seulement ont défilé depuis le Vieux-Port, encadrés par des forces de l’ordre plus visibles et nombreuses que les samedis précédents.

« C’était soi-disant un gros rassemblement national, mais il n’y a pas beaucoup de monde », a regretté une des participantes. « Il y a eu un appel national » à Marseille, « mais là, je crois qu’il est aux oubliettes », a déploré un habitant des quartiers nord. De son côté la police a signalé seulement douze interpellations à 17 heures, dont quatre pour des jets de projectiles, et huit de personnes ayant le visage masqué et casquées.

Solidarité avec les employés menacés de GE

Parmi les autres rassemblements en France, une centaine de « gilets jaunes » a rejoint la manifestation de soutien aux salariés de General Electric à Belfort, menacés par un plan social.

Comme à Marseille, la mobilisation a été assez faible à Toulouse où ils étaient quelques centaines. Selon la police il y avait plus de 200 « gilets jaunes » à Lille, plusieurs dizaines à Avranches, dans la Manche et plusieurs centaines à Charleville-Mézières dans les Ardennes, où un appel national avait également circulé sur les réseaux sociaux.

Petit sursaut à Bordeaux

La mobilisation a connu un petit sursaut à Bordeaux, avec 750 « gilets jaunes » selon la préfecture, dans une ambiance bon enfant, bien que la plupart aient emprunté un itinéraire non autorisé dans les rues du centre historique.

Dans plusieurs départements comme l’Hérault, qui comptait 200 manifestants au total dans ce département, des rassemblements ont aussi eu lieu sur des ronds-points ou des barrières de péage, des « gilets jaunes » tentant des opérations péage gratuit.

Un « gilet jaune » légèrement blessé

Dans le quart nord-ouest, 40 à 50 « gilets jaunes » ont créé des bouchons en bloquant le port de Saint-Malo en Ille-et-Vilaine. Le trafic des ferries a été perturbé et ils ont été évacués en fin de matinée.

Le matin, un « gilet jaune » avait été légèrement blessé par un automobiliste qui avait forcé un barrage sur un rond-point de Saint-Avold (Moselle), selon la police. L’automobiliste, âgé d’une quarantaine d’années, a été placé en garde à vue.