VIDEO. Marseille: Plusieurs immeubles en péril évacués, «ils veulent nous dégager pour tout racheter !»

HABITAT INDIGNE Deux nouveaux immeubles ont été évacués dans le centre-ville de Marseille. Des riverains soupçonnent une manoeuvre de la ville pour débuter la construction d'un projet immobilier

Raphaël Khayat

— 

Les immeubles évacués rue de la butte, et le métro Jules Guesde fermé
Les immeubles évacués rue de la butte, et le métro Jules Guesde fermé — R. Khayat
  • La Ville de Marseille annonce l'évacuation de plusieurs immeubles considérés « en péril » dans le centre-ville.
  • La station de métro Jules-Guesde située à deux pas est fermée jusqu'à nouvel ordre.
  • Des riverains dénoncent une ruse d'Euroméditerranée pour racheter l'immeuble à bas coûts.

Marseille, l’habitat indigne n’est jamais très loin. Depuis ce mercredi, pas moyen d’approcher la porte d’entrée du 6 rue de la Butte, ni même de pénétrer dans la rue de la Joliette, uniquement accessible au prix d’un grand détour. Autour du  métro Jules-Guesde, le périmètre de sécurité est large. Très large. La station est fermée pour une durée indéterminée, indique la RTM.

Plus de six mois après le drame de la rue d’Aubagne qui a tué huit personnes, la Ville de Marseille annonce l’évacuation de « plusieurs » immeubles en péril, rue de la Butte, dont le numéro 6, dans le IIe arrondissement situé en plein centre-ville. La mairie a communiqué l’information mercredi soir, laissant planer le mystère concernant le nombre d’immeubles évacués et le nombre d’habitants concernés.

Un immeuble convoité par Euroméditerranée

Comment expliquer une telle situation ? Certains lorgnent du côté d'Euroméditerranée, qui pilote l'un des plus vastes projets de rénovation urbaine d'Europe. Des riverains soupçonnent l'organisme public de vouloir acquérir l’immeuble. « Ils ont acheté tout le terrain pour faire un complexe immobilier, maintenant ils récupèrent les immeubles un par un à bas prix, estime Brahim. Ils leur manquaient juste ceux-là, du seul propriétaire qui ne voulait pas vendre et qui avait rénové. Drôle d’histoire, hein ? », termine-t-il un brin ironique.

Tous ces immeubles en ruine donnent sur la rue Bon Pasteur, piétonne et remplie de commerces
Tous ces immeubles en ruine donnent sur la rue Bon Pasteur, piétonne et remplie de commerces - R. Khayat

Euroméditerranée possède bien les 6.000 m² de terrain qui composent l’îlot. Un grand chantier, confié au promoteur Logirem, doit bientôt commencer. Au programme: 126 logements, un parking souterrain et une dizaine de commerces. Un projet de grande ampleur, et donc à gros budget. Logirem annonce sur son site un « investissement travaux » de 15 millions d’euros. « Ça me semble quand même plus urgent de raser les immeubles d’en face en train de s’écrouler sur une rue piétonne que d’évacuer un immeuble récemment rénové », rajoute Brahim.

Un quartier « abandonné »

Devant le primeur de la rue de la Joliette, qui doit s’accommoder des barrières installées par la municipalité, les réactions fusent. C’est un sentiment d’abandon qui se fait ressentir. « Ils veulent nous dégager pour tout racheter ! », hurle Barisa. Corinne s’indigne elle aussi :

La mairie ne vient jamais nous voir, sauf pour virer les gens de chez eux. Ici, on doit marcher sur la route pour éviter des rats monstrueux, on doit éviter les dealers qui trafiquent dans la rue… Maintenant on ne peut même plus prendre le métro pour s’évader. Qu’est ce qu’on peut faire ? »

Pour l’instant, attendre. La réouverture du métro, le début de travaux, la levée de l’arrêté pour péril imminent… Aucune date n’est connue des riverains. « On en a pour combien de temps ? Trois jours ? Une semaine ? Un mois ? Impossible de savoir, déplore Leïla. On connaît la Ville, on peut déjà prendre les paris. Et je pense qu’on gagnera ».

Contactée, la présidente d’Euroméditerranée et adjointe à l'urbanisme Laure-Agnès Caradec n’a, pour l'heure, pas répondu aux sollicitations de 20 Minutes.