Illustration borne à incendie.
Illustration borne à incendie. — L. Mallet / AFP

CHAUD

Bordeaux: La mairie de Pessac débordée par le phénomène de «street-pooling»

Cette pratique illicite qui consiste à ouvrir les bornes à incendie pour se rafraîchir, a entraîné le week-end dernier la réduction du débit d’eau chez de nombreux habitants de Pessac. La mairie a porté plainte contre X

Le phénomène s’appelle street-pooling. Littéralement piscines de rue. Il est né à New York à la fin du XIXe siècle et s’importe en France depuis quelques années. En résumé, il s’agit, lors de pics de chaleur, d’ouvrir les bornes à incendie, pour se rafraîchir avec l’eau qui se déverse dans la rue.

A Pessac, près de Bordeaux, cela devient systématique dès qu'il commence à faire chaud, depuis deux ans maintenant. Débordée, la mairie a décidé de porter plainte.

« Situation particulièrement inquiétante »

Le week-end dernier, « l’ouverture intempestive de bornes à incendie sur plusieurs quartiers de la ville a entraîné une réduction du débit d’eau chez de nombreux particuliers, et, pour certains, une coupure d’eau constatée de trente minutes », indique la mairie de Pessac. La municipalité dénonce « une situation particulièrement inquiétante » et rappelle que « les conséquences néfastes de cette pratique sont nombreuses : chute de la pression d’eau empêchant la lutte contre le feu ; inondations ; blessures dues à la pression de l’eau. »

Malgré une campagne de prévention « qui a pris la forme d’un flyer rappelant le caractère illicite de cette pratique et les dangers qui en découlent », et l’installation d’aires de rafraîchissement dans les quartiers de Saige et de l’Alouette, le phénomène perdure donc.

C’est pourquoi le maire, Franck Raynal (LR), a décidé de porter plainte contre X. Il en appelle également « à la responsabilité et à la vigilance de chacun et en particulier des parents qui sont responsables des actes de leurs enfants ».