Lyon: Un premier combat perdu par deux associations qui s'attaquent à Amazon

JUSTICE Elles ont essayé sans succès de faire annuler en urgence le permis de construire, délivré à l'entreprise pour ériger une plateforme près de l'aéroport de Lyon

Caroline Girardon

— 

La plateforme logistique de Amazon, géant americain de la vente sur le web à Lauwin-Planque, le 18 novembre 2013.
La plateforme logistique de Amazon, géant americain de la vente sur le web à Lauwin-Planque, le 18 novembre 2013. — M. LIBERT / 20 MINUTES

Un premier round de perdu. Deux associations, qui avaient engagé une procédure d’urgence en saisissant la justice pour demander la suspension du permis de construire délivré à l’entreprise Goodman, ont été déboutées, apprend-on ce lundi.

L’entreprise a été chargée d’ériger une immense plateforme de 160.000 mètres carrés pour le groupe Amazon , à proximité de l’aéroport de Lyon Saint-Exupéry. Les deux associations, estimant que le permis délivré par la mairie de Colombier-Saugnieu n’était pas légal, avaient saisi le tribunal administratif de Lyon. L’audience s’est déroulée le 28 mai et le juge des référés vient de rejeter leur demande.

« Pas de doute sérieux quant à la légalité de la décision »

« Il n’a pas expliqué sa décision de rejet mais a simplement précisé qu’en l’état de l’instruction, il n’avait pas de doute sérieux quant à la légalité de la décision », ont précisé l'Acenas et Fracture dans un communiqué. Et d’ajouter : « Ce refus n’est pas de nature à entamer notre détermination. Face à l’urgence climatique, il est inadmissible de dégrader davantage l’environnement et la santé des habitants de l’Est et du Sud Est Lyonnais ».

Dans les prochaines semaines, le tribunal devra examiner sur le fond les arguments des associations tant au niveau du permis de construire que de l’autorisation environnementale délivrée par le préfet.