Les infos immanquables du jour: Mafieux en Saône-et-Loire, LBD, faire l'amour dans la peinture

ACTU Ce qu’il ne fallait pas rater dans l’actualité de ce 14 juin 2019

Floréal Hernandez

— 

Les peintures Blash. Strasbourg le 13 juin 2019.
Les peintures Blash. Strasbourg le 13 juin 2019. — G. Varela / 20 Minutes

Le barbecue vous attend ? Besoin de quelques sujets pour lancer le feu et la discussion ? Voici ce qu'il ne fallait pas manquer de l'actualité de ce vendredi à Bélus ou à La Châtre.

L’arrestation du jour : Un «gros poisson» de la mafia calabraise arrêté en Saône-et-Loire

C’est un membre éminent de la mafia calabraise qui a été interpellé jeudi matin à Mâcon. Giuseppe Cortese, 53 ans, est soupçonné d’être le financier d’un clan de la 'Ndrangheta spécialisé dans le trafic de cocaïne entre la Colombie et l’Europe. Les policiers de la Brigade nationale de recherche des fugitifs de la police judiciaire, épaulés par ceux de la Brigade de recherche et d’intervention de Dijon, l’ont surpris vers 9h alors qu’il sortait de son hôtel et s’apprêtait à remonter dans sa Porsche 911. Sur lui, ils ont trouvé ses papiers confirmant son identité ainsi que la somme de 1.000 euros. Mais que faisait-il en Saône-et-Loire ?

Le chiffre du jour : 200% de hausse d’utilisation du LBD en France, cela marque-t-il une nouvelle norme dans le maintien de l’ordre?

Un policier avec un LBD
Un policier avec un LBD - Alfred Photo/SIPA

L’utilisation des LBD et des grenades de désencerclement par les policiers a connu une hausse de 200 % en 2018. Cette utilisation massive, recensée ce jeudi, marque-t-elle une rupture dans les stratégies du maintien de l’ordre par les policiers, une nouvelle norme qui s’appliquera aux futures manifestations en France ? Pour Aline Daillère, juriste et spécialiste des questions relatives aux violences policières, le risque est présent : « Il y a une rupture non pas forcément dans la méthode mais dans l’intensité. Les forces de l’ordre n’ont pas attendu les “gilets jaunes” pour utiliser le lanceur de balles de défense et son usage s’est accru au fil des années, même s’il a littéralement explosé en 2018. Or, on sait qu’une fois un pas franchi, la police a du mal à revenir en arrière, à faire demi-tour. Il y a un risque que son usage se normalise encore plus. »

La partie de jambes en l’air du jour : Un kit pour créer une œuvre d’art en faisant l’amour

Et si votre partie de jambes en l’air s’affichait aux murs ? C’est un peu l’idée de Robin et Mélanie, des trentenaires strasbourgeois qui ont créé Blash « Be Love Art Sensuel & Human ». Un concept sexy et léché qui permet d’exulter, de « multiplier les plaisirs ». « C’est une expérience sensorielle, sexuelle, une performance artistique », image Mélanie. Le principe ? Poser de la peinture sur une toile en coton brut et se lâcher en faisant l’amour. Résultat, une œuvre d’art, une toile unique qu’il faut ensuite tendre sur un cadre de peintre. Puis direction les murs du salon. De quoi intriguer les invités ou d’émoustiller la soirée…

Le dessin du jour : Marianne, hexagones ou map monde, on décrypte l’affiche du Mondial

Dans la petite entrée, au premier étage d’un immeuble du quartier du port de Nice, Marianne nous fixe droit dans les yeux. Son portrait rétro et stylisé a été encadré et posé sur l’étagère de l’accueil. C’est ici, dans les locaux de l’agence Comback, que l’affiche de la Coupe du monde féminine de football a été imaginée. La seule consigne pour la créer : « La femme qui illumine le monde ». On comprend mieux le regard droit de Marianne dès l’entrée : le symbole de la France s’est imposé dans le choix du visuel.

La vidéo du jour : Une fresque monumentale de 15.000 m2 au pied de la tour Eiffel

Et pour prolonger la discussion après le combo côte de bœuf-pommes de terre à la braise, écoutez notre podcast d’actualité Minute papillon!.