Etats-Unis: Le directeur des Instituts de santé va boycotter les conférences scientifiques trop masculines

ÉGALITÉ « Dorénavant, lorsque je serai invité à une conférence, je serai attentif à ce que tout le monde soit mis sur un pied d’égalité », a déclaré Francis Collins

20 Minutes avec agences

— 

Francis Collins, directeur des Instituts de santé américains (NIH).
Francis Collins, directeur des Instituts de santé américains (NIH). — Chris Kleponis - CNP/Newscom/SIPA

Marre du manque de représentation dans les conférences scientifiques. Jeudi, le directeur des Instituts nationaux de santé américains (NIH) a annoncé qu’il ne participerait plus à ce type de rencontres, où femmes et minorités sont trop peu présentes.

« Il est temps de mettre fin à la tradition des panels 100 % masculins dans le monde scientifique », a déclaré Francis Collins. Le directeur a même ironiquement rappelé que ces conférences étaient parfois appelées des « manels », jeu de mots entre « panel » et « man » (homme).

En cas d’inégalités, « je déclinerai l’invitation »

« Trop souvent, les femmes et des membres d’autres groupes sous-représentés en science sont visiblement absents des tours de parole principaux », a-t-il poursuivi dans un communiqué. « Dorénavant, lorsque je serai invité à une conférence, je serai attentif à ce que tout le monde soit mis sur un pied d’égalité. […] Si cette attention à la non-exclusion n’est pas apparente dans le programme, je déclinerai l’invitation. »

Les NIH sont la grande institution de recherche médicale publique des Etats-Unis. Ils disposent d’un budget annuel de 39 milliards de dollars, emploient 6.000 scientifiques et financent les travaux de centaines de milliers d’autres. Leur puissance de financement et leur influence sont telles que cette décision est susceptible de créer un effet d’entraînement. C’est en tout cas ce qu’espère Francis Collins, qui appelle « d’autres leaders scientifiques » à le suivre.