VIDEO. Un kit pour créer une œuvre d’art en faisant l’amour

ARTS Une start-up strasbourgeoise, Blash, propose un kit pour créer une œuvre d’art en faisant l’amour

Gilles Varela

— 

Créer une oeuvre d'art en faisant l'amour avec le kit Blash.
Créer une oeuvre d'art en faisant l'amour avec le kit Blash. — Blash
  • Un jeune couple Strasbourgeois a imaginé un kit pour peindre ses ébats sexuels.
  • Le principe ? Poser de la peinture sur une toile, en coton brut et se lâcher en faisant l’amour.

Et si votre partie de jambes en l’air s’affichait aux murs ? C’est un peu l’idée de Robin et Mélanie, des trentenaires strasbourgeois qui ont créé Blash « Be Love Art Sensuel & Human ». Un concept sexy et léché qui permet d’exulter, de « multiplier les plaisirs ». « C’est une expérience sensorielle, sexuelle, une performance artistique », image Mélanie. Le principe ? Poser de la peinture sur une toile en coton brut et se lâcher en faisant l’amour. Résultat, une œuvre d’art, une toile unique qu’il faut ensuite tendre sur un cadre de peintre. Puis direction les murs du salon. De quoi intriguer les invités ou d’émoustiller la soirée…

L’idée leur est venue lors d’une visite au musée d’art moderne de Barcelone, fin 2016 avec une exposition sur Ibiza dans les années 1970 où les gens faisaient l’amour en s’enduisant de peinture. Emballé par le concept, Robin, qui travaille dans la communication visuelle, s’est profondément penché sur la question, « afin de ne pas mettre de la peinture partout, sur le lit, ou sur le sol en marchant. Résultat un kit en version 1.0 qu’il a offert à la Saint-Valentin à Mélanie. Expérience réussie, « sublime », sourit la jeune femme. Et hop ! Trois premières toiles exposées, façon triptyque, aux murs de leur appartement.

« On veut vivre, avoir du plaisir »

Excité par l’expérience, le jeune couple a alors imaginé un kit complet, présenté dans une grande « pochette » qui comprend une toile de peintre en 160x100 cm, une housse de lit, une bâche de protection, des chaussons, des gants, des goodies, mais aussi un livret pour donner quelques conseils ou idées pour bien s’envoyer en l’air. A cela, il faut ajouter des petits pots de peintures de différentes couleurs (12 pour l’instant), vendus séparément. De la peinture à l’eau mais qui accroche la toile et « sans danger pour la peau, facile à enlever sous la douche », plaisante le couple. « L’idée, ce n’est pas non plus de se mettre de la peinture partout, sinon, ça fait un gloubi-boulga sur la toile. Il faut que ça reste du plaisir, que ça reste un acte sexuel », rappelle Robin.

Le kit Blash. Strasbourg le 13 juin 2019.
Le kit Blash. Strasbourg le 13 juin 2019. - G. Varela / 20 Minutes

Pour l’instant, le kit est principalement vendu sur le site de Blash. Un site épuré, sans vulgarité, aux couleurs neutres. « L’idée est de sublimer les couleurs et de ne pas tomber dans le porn, on n’est pas du tout dans cette démarche-là, explique Robin. C’est plutôt trendy, artiste. » Exit donc le rouge ou le fuchsia, place au blanc, au noir. En revanche, aucun tabou, le couple parle librement de sexe. « On veut vivre, avoir du plaisir, c’est cool », souligne Mélanie. « Blash revendique son érotisme comme une catin revendique sa liberté, en retirant sa culotte souillée sur les marches d’une église » peut-on encore lire sur leur site.

Les peintures Blash. Strasbourg le 13 juin 2019.
Les peintures Blash. Strasbourg le 13 juin 2019. - G. Varela / 20 Minutes

Leur clientèle ? « Principalement des femmes », détaille Mélanie qui souligne que le kit se vend aussi dans le concept store Curieux à Strasbourg. Beaucoup pour faire des cadeaux, des enterrements de vie de jeune fille, pour surprendre son partenaire, raviver une flamme…

L’idée serait d’avoir des points de ventes physiques mais pour l’instant, les ventes se font bien via le site. Autre idée, le jeune couple souhaite collaborer avec des artistes pour sérigraphier une œuvre sur la toile, pour servir de fond avant que les amoureux ne s’y répandent, ou bien encore inviter les couples qui ont expérimenté Blash à une exposition virtuelle et anonyme. Des volontaires ?