Marseille: Le futur boulevard urbain sud menace une pinède... «Une aberration», selon les opposants

AMÉNAGEMENT URBAIN Les opposants au boulevard urbain sud n’abandonnent pas leur combat. Ils se réunissent pour sauver la pinède située dans le quartier du Roy d’Espagne, bientôt rasée pour laisser place aux voitures

Raphaël Khayat

— 

Selon Canbus, 200 pins seront rasés d'ici 2022
Selon Canbus, 200 pins seront rasés d'ici 2022 — R. Khayat
  • Le boulevard urbain sud doit relier l’autoroute est de Marseille au littoral en passant par les quartiers sud.
  • Le collectif Canbus multiplie les actions pour faire annuler le projet qu’il estime inefficace et destructeur.
  • Dans le quartier du Roy d’Espagne, Canbus veut protéger une pinède destinée à être rasée pour les besoins du chantier.

« Vous entendez le bruit des oiseaux en haut des pins ? Bientôt, on entendra à la place le passage de milliers de voitures », ironise Cédric Jouve, membre du collectif d’opposants Canbus. Il est dépité quand il évoque le funeste sort réservé à la pinède du Roy d’Espagne, dans le sud de Marseille, menacée par la construction du boulevard urbain sud, long de 8,5 kilomètres. Commencé fin 2017, il devrait permettre de relier les quartiers sud et le quartier de la Pointe-Rouge aux  autoroutes nord et est.

Banderole installée par le collectif à côté de la pinède
Banderole installée par le collectif à côté de la pinède - R. Khayat

Ce samedi, le collectif Canbus (anti-nuisances BUS) organise sa première « Fête des pins », pour sensibiliser les riverains au chantier qui grondera bientôt au pas de leur porte. Selon les organisateurs, 200 pins seront abattus pour réaliser les travaux. Cédric Jouve:

C’est une aberration totale. A Marseille, on va à l’opposé des logiques contemporaines des villes. On supprime des espaces verts et on encourage les habitants à prendre leur voiture pour se déplacer. C’est triste pour Marseille ! »

Selon lui, le projet est  inutile. « Le rapport des experts l’écrit noir sur blanc, s’exaspère Cédric Jouve. La circulation ne sera pas aussi fluide qu’annoncé, alors pourquoi dépenser autant ? » Prévu pour fin 2022, le projet coûte près de 200 millions d’euros, selon les chiffres de la Ville. Sur son chemin, de nombreux espaces verts amputés : le jardin public de La Mathilde, les jardins familiaux de Mazargues, en enfin une partie de la pinède du Roy d’Espagne.

« On ne fait qu’améliorer ce qui se fait déjà », répond le maire

Mais le maire de secteur LR Lionel Royer-Perreaut l’assure : « Le boulevard urbain sud se fera. On ne fait pas un boulevard pour le plaisir de voir rouler des voitures, on le fait pour désenclaver les habitants avec des transports en commun qui n’existent pas à l’heure actuelle. »

Sur la plus grande partie du projet, une ligne de bus ainsi qu’une piste cyclable seront en effet mises en place de chaque côté de la chaussée. « La solution n’est plus au tout voiture, comme on pouvait l’imaginer il y a 80 ans, lorsque l’on parlait pour la première fois du projet, admet Lionel Royer-Perreaut. Il faut faire rentrer les transports en commun dans la boucle. L’avenir, c’est un mix ». Concernant la hausse probable du trafic automobile lié à l’ouverture du projet, le maire rejette en bloc cette hypothèse : « Les voitures qui rouleront ici, elles roulent déjà les unes contre les autres dans les chemins de traverse des quartiers sud. On ne fait qu’améliorer ce qui se fait déjà. »

Cédric Jouve et le collectif Canvas demandent une réévaluation du projet
Cédric Jouve et le collectif Canvas demandent une réévaluation du projet - R. Khayat

Le collectif Canbus multiplie tout de même les moyens pour lutter contre le projet : une pétition est déjà en ligne, des évènements sont organisés dans chaque espace vert touché pour informer les riverains, et une revue nommée « Respire ! » va bientôt publier son quatrième numéro.

La lutte se poursuit aussi dans les tribunaux. En avril dernier, l’association SOS Nature incluse dans le collectif a vu son recours contre la déclaration d’utilité publique du projet rejeté. L’association a déjà fait appel. Pendant ce temps, les travaux avancent : la première portion du boulevard, située entre Saint-Loup et le Cabot, sera terminée dans quelques mois seulement.

 

Un écoquartier traversé par une route à six voies

Le boulevard urbain sud doit traverser l’écoquartier du Parc des Calanques, situé à deux pas de la pinède du Roy d’Espagne. Accolés au boulevard urbain, deux espaces en plein air : le théâtre du Centaure, et le parc public de la Jarre. Pollution sonore ou pas, « la question n’a eu l’air d’interpeller personne » élude Lionel Royer-Perreaut. Exceptés certains membres du collectif, donc.