Lyon: La ville autorise la réouverture d’une salle de boxe de Génération identitaire

EXTREME DROITE Le local des identitaires avait été fermé en mars pour des raisons de sécurité par la ville de Lyon

20 Minutes avec AFP

— 

Manifestation de Génération identitaire à Paris. (Illustration)
Manifestation de Génération identitaire à Paris. (Illustration) — ZIHNIOGLU KAMIL/SIPA

Un local lyonnais du groupuscule d’extrême droite Génération identitaire, interdit d'accès pour des questions de sécurité incendie en mars, a été autorisé à rouvrir par arrêté municipal, a indiqué mercredi la mairie confirmant une information du site Rue89 Lyon.

Cette salle de boxe, fermée le 22 mars faute de remplir « les conditions de sécurité obligatoires pour les établissements recevant du public », a pu rouvrir après la réalisation de travaux et l’émission d’un avis favorable de la Commission communale de sécurité et d’accessibilité, indique un arrêté municipal reçu par l’AFP.

« Une fois que la réglementation est respectée, on rouvre »

« On ne sonde pas les âmes ni les cerveaux pour prendre ces décisions. Une fois que la réglementation est respectée, on rouvre. En l’occurrence l’ensemble des conditions pour réunir du public sont présentes », a déclaré Jean-Yves Sécheresse, adjoint à la sécurité de la mairie de Lyon.

Adepte des actions médiatiques anti-immigration, notamment dans les Alpes avec des «patrouilles anti-migrants » pour lesquelles ils seront jugés en juillet, Génération identitaire fait partie des mouvements d’extrême droite parmi les plus actifs.

Sa principale base se situe dans le Vieux-Lyon où se trouvent cette salle de sport et le bar associatif La Traboule, également fermé fin mars pour les mêmes motifs mais pas encore rouvert depuis. Pour ce local, « ils ne sont pas du tout prêts, il leur reste des travaux à faire », a commenté Jean-Yves Sécheresse.

Depuis plusieurs mois, le gouvernement étudie les moyens de dissoudre Génération identitaire après avoir interdit fin avril un autre mouvement d’ultradroite, le Bastion social, créé à Lyon. Ce dernier était accusé d’appeler à la haine, aux discriminations et aux actions violentes.