C'est l'heure du BIM: Vote de confiance, prise d’otage en prison et protestations massives à Hong Kong

ACTUALITES « 20 Minutes » compile pour vous les infos qu'il ne faut pas manquer ce matin dans votre Bulletin d'information matinal (BIM)...

M.C.

— 

Point presse du Premier ministre Edouard Philippe a l'Elysée, le 23 mai 2019.
Point presse du Premier ministre Edouard Philippe a l'Elysée, le 23 mai 2019. — Stephane Lemouton -POOL/SIPA

Vous avez manqué les infos de ce début de matinée ? On vous a concocté un récap' pour vous aider à y voir plus clair.

Vote de confiance au gouvernement : La gauche et une large majorité LR prêts à voter contre ce mercredi

Une large majorité des députés LR ainsi que l’ensemble de la gauche devraient voter ce mercredi contre la confiance au gouvernement d’Edouard Philippe, à la suite de sa deuxième déclaration de politique générale. Lors de la première, le 4 juillet 2017, les trois quarts des Républicains, soit 75 élus, s’étaient abstenus, et 23 avaient voté contre. Et si les Insoumis et une grande majorité de communistes avaient déjà voté contre, les socialistes s’étaient partagés entre 23 abstentions, cinq contre et trois pour.

Prison de Condé-sur-Sarthe : La prise d’otage est terminée, les deux surveillants libérés

La prise d’otage à la prison de Condé-sur-Sarthe, à côté d’Alençon est terminée. Retenus pendant cinq heures, les deux surveillants ont été libérés, et le détenu placé en garde à vue, a annoncé la Direction de l’administration pénitentiaire (DAP). De sources concordantes, le détenu est Francis Dorffer, un multirécidiviste qui avait déjà participé à cinq prises d’otage en prison.

Hong Kong paralysé par les manifestants, l’examen d’un texte controversé est reporté

Les autorités hongkongaises ont reporté mercredi l’examen d’un projet de loi controversé visant à autoriser les extraditions vers la Chine alors que des milliers de manifestants bloquaient plusieurs artères principales au cœur de la ville pour dire leur refus du texte.

Des milliers de protestataires vêtus de noir, pour la plupart des jeunes gens, encerclaient les bâtiments du gouvernement dans le centre de l’île de Hong Kong et paralysaient la circulation pour exiger le retrait du projet soutenu par Pékin. Les rangées de policiers anti-émeutes déployées pour l’occasion, portant pour bon nombre d’entre eux des masques, des casques et des lunettes de protection, étaient bien moins nombreux que les protestataires.