Attentat ou alerte enlèvement... Un amendement veut brouiller les signalements de contrôles routiers

AUTOMOBILISTES Cet amendement prévoit de brouiller les signalements en cas d’alerte enlèvement ou d’attentat

L.Br.

— 

Un contrôle routier à Hordain, dans le nord de la France.
Un contrôle routier à Hordain, dans le nord de la France. — Philippe HUGUEN / AFP

Un amendement soutenu par la majorité LREM a été déposé à l’Assemblée nationale pour rendre les contrôles de police invisibles sur Waze ou Coyote. Le texte sera étudié par les députés la semaine prochaine. S’il est adopté, il pourrait s’appliquer sur les routes dès 2020.

Barrages de police, contrôles d’alcoolémie ou de stupéfiants… Si cet amendement est voté, il ne faudra plus compter sur son application d’aide à la conduite pour les signaler. Cette pratique devrait désormais être encadrée par la loi, révèle Le Parisien ce vendredi.

Des messages brouillés

En cas d’alerte enlèvement par exemple ou d’attentat, les entreprises auront pour obligation d’occulter « les messages et indications qu’ils auraient habituellement rediffusés à leurs utilisateurs », pour toutes les voies désignées par la police.

« L’objectif est que les forces de l’ordre puissent, pendant un temps limité et dans un périmètre circonscrit, brouiller les messages envoyés par ces applications non pas dans le cadre de contrôles de vitesse », déclare la députée LREM du Val-d’Oise Zivka Park au Parisien. Vingt millions d’automobilistes utilisent une application d’aide à la conduite, rappelle le quotidien.