L'Assemblée vote l'assouplissement des 80 km/h

SECURITE ROUTIERE Cette mesure impopulaire faisait partie des revendications des «gilets jaunes»

20 Minutes avec AFP

— 

La limitation de vitesse à 80 km/h sur les axes secondaires cristallise toujours les tensions.
La limitation de vitesse à 80 km/h sur les axes secondaires cristallise toujours les tensions. — Jean Michel Nossant/SIPA

L’Assemblée fait un geste. Les députés ont voté jeudi soir la possibilité d’un assouplissement par les départements et les maires de la limitation à 80 km/h sur les routes secondaires, mesure impopulaire considérée comme l’un des détonateurs de la crise des « gilets jaunes ».

Les députés ont donné leur feu vert par un vote à main levée à l’article du projet de loi mobilités qui prévoit de donner aux présidents de conseils départementaux la capacité de déroger à la limitation entrée en vigueur en juillet 2018. Ils ont élargi la compétence aux maires dans certaines conditions, via un amendement LREM.

Mesure impopulaire

L’abaissement de la vitesse de 90 à 80 km/h, concernant environ 400.000 kilomètres de routes, avait été décidé par le Premier ministre Edouard Philippe et appliquée au 1er juillet 2018. Il s’agissait de sauver « 300 à 400 vies par an » après une recrudescence de la mortalité routière entre 2014 et 2016, suivie d’une baisse en 2017.

Mais devant le tollé soulevé chez des automobilistes, motards et élus, le chef du gouvernement a fait machine arrière mi-mai, ouvrant la voie à un compromis lors de l’examen du projet de loi porté par Elisabeth Borne. Et ce, alors même que l’année 2018 s’était achevée sur un plus bas historique, avec 3.259 morts sur les routes.

Pour Edouard Philippe, « si les présidents de conseils départementaux souhaitent prendre leurs responsabilités, je n’y vois aucun inconvénient ». En fixant toutefois une condition : que ce pouvoir soit « systématiquement assorti de mesures » garantissant « le plus haut niveau de sécurité routière possible ».