Nucléaire: Des pastilles d’iode distribuées plus largement autour de la centrale de Golfech (et ce n’est pas à cause d’une fuite radioactive)

NUCLÉAIRE La zone de prévention des risques, couverte par le plan d’intervention qui sensibilise les riverains vivant à proximité de la centrale nucléaire de Golfech, a été multipliée par deux

Beatrice Colin

— 

Centrale nucleaire de Golfech au bord de la Garonne, aux frontieres du Gers et a 100 km de Toulouse
Centrale nucleaire de Golfech au bord de la Garonne, aux frontieres du Gers et a 100 km de Toulouse — Alexandre GELEBART/20MINUTES
  • Lundi, un courrier envoyé aux nouvelles populations riveraines de la centrale nucléaire de Golfech, concernées par le plan particulier d’intervention (PPI), a suscité quelques émois.
  • Le plan en question, qui permet de sensibiliser les riverains, s’applique désormais à 106 communes au lieu de 31 auparavant.
  • Les populations concernées pourront retirer en septembre leur comprimé d’iode auprès des pharmacies.

Elle s’est répandue à vitesse grand V, ces derniers jours, dans le Tarn-et-Garonne. Une rumeur faisant état d’une fuite radioactive à la centrale nucléaire de Golfech. Fort heureusement pour les riverains, il n’en est rien.

C’est un courrier qui a mis le feu aux poudres, informant les habitants qui vivent dans un périmètre de 20 km autour de la centrale qu’ils font désormais partie du territoire couvert par son plan particulier d'intervention (PPI). Jusqu’à présent, seules les quelque 20.000 personnes qui résident dans les 31 communes situées dans les 10 km aux alentours étaient sensibilisées à la question des risques et préparées en cas d’alerte nucléaire. En 2009 et 2016, elles avaient aussi été visées par une campagne de distribution de comprimés d’iode, à prendre en cas de fuite radioactive.

Tout a changé avec cette missive envoyée le 3 juin dernier les autorités. Désormais, 75 communes du Gers, du Lot-et-Garonne et du Tarn-et-Garonne se situant dans la couronne des 10 à 20 km autour de Golfech seront aussi concernées – soit 128.370 habitants.

Retrait des pastilles d’iode

Les nouvelles populations riveraines de la centrale recevront un second courrier en septembre, cette fois nominatif. Il contiendra « un bon de retrait permettant aux personnes et établissements (écoles, etc.) concernés d’aller retirer leurs comprimés d’iode dans une pharmacie participante », a indiqué jeudi la préfecture du Tarn-et-Garonne qui veut développer « une culture de la radioprotection chez les citoyens ».

Lors de la précédente campagne, il y a trois ans, la moitié des habitants s’était déplacée pour venir chercher son comprimé. Pour ceux qui souhaitent davantage de renseignements, il suffit d’appeler le numéro vert (0 800 96 00 20) ou d’aller sur le site Internet.