Débarquement du 6 juin 1944: Macron, Trump, Trudeau... Les dirigeants ont rendu hommage aux vétérans

LIVE Suivez en direct avec nous le 75e anniversaire du débarquement du 6 juin 1944 sur les plages normandes

L. Br. et R. G.-V.

— 

Les couples présidentiels français et américain, le 6 juin 2019, pour la commémoration du Débarquement en Normandie.
Les couples présidentiels français et américain, le 6 juin 2019, pour la commémoration du Débarquement en Normandie. — Stephane Lemouton-POOL/SIPA

L’ESSENTIEL

  • La France s’apprête à commémorer ce jeudi le débarquement allié du 6 juin 1944, en présence de Donald Trump et d’Emmanuel Macron.
  • Un record d’affluence est attendu au cimetière américain de Normandie à Colleville-sur-mer, lors d’une cérémonie co-présidée par les deux chefs d’Etat.
  • La Normandie a commencé les célébrations mercredi, avec notamment des parachutages, une cérémonie amérindienne à Omaha Beach, et le rassemblement de dizaines de milliers de collectionneurs de véhicules militaires.

POUR EN SAVOIR PLUS

 

19h50 : Séquence musique (et émotion)

Les hymnes des pays impliqués dans le débarquement sont joués sur la plage de Juno.

19h32 : Les dirigeants observent un moment de silence

Sur la plage, des gerbes de fleurs sont déposées, dans le silence. Edouard Philippe est aux côtés de Justin Trudeau.

19h20 : Le Premier ministre parle en anglais et en français

Son discours a finalement commencé. «Ce débarquement continue à marquer nos paysages et notre mémoire», dit-il.

Il parle aussi du Havre, dont il a été le maire. «Trois mois après le Débarquement, le Havre sera écrasée par plus de bombes, en deux jours, qu’il n’en était tombé sur Londres pendant le Blitz. Les Havrais connaissent le prix de la Victoire».

Le Premier ministre rend aussi rendu hommage aux «jeunes Allemands tombés sur ces plages». «En 1944, ils étaient les soldats ennemis. Aujourd'hui, eux aussi reposent près d'ici. Et leurs enfants, ou leurs petits-enfants, ne sont pas seulement nos alliés, ils sont aussi nos amis».

18h35 : Edouard Philippe va s’exprimer

Le Premier ministre doit prononcer à son tour un discours.

17h52 : Léon Gautier s’est levé et accompagne Emmanuel Macron dans ces remises de bérets verts

17h50 : Le président de la République va maintenant remettre des bérets verts, distinctifs des commandos, à de jeunes soldats

Ces bérets verts viennent de l’armée britannique, où ont donc été fondés les commandos français, avec le commando Kieffer. Le tout sur fond de cornemuse.

17h49 : « Vive la République, vive la France »

C’est fini pour Emmanuel Macron qui a pris la parole une petite vingtaine de minutes.

17h48 : « Chère jeunesse de France, entendez le message de vos aînés. Vous en êtes les héritiers, car il vous reviendra bientôt de préserver cette flamme qu’ils ont fait brûler », la flamme d’une société libre, pour résumer grossièrement.

17h45 : « Je veux prendre un engagement devant vous (Léon Gautier). C’est que nous conserveront intactes les couleurs de votre jeunesse héroïque et l’enseignement de vos vertus. »

17h41 : « Tous connaissaient le risque de leur mission. Tous pourtant ont accepter de la remplir. (…) La veille au soir Kieffer leur avait dit qu’il n’en coudrait pas à ceux qui renonceraient. Le lendemain ils étaient tous là à l’appel. »

17h36 : Le président fait le récit du 6 juin du commando Kieffer. « Ils tiennent 78 jours sans être relevés. (...) Ils ont été l'honneur de notre pays »

17h35 : Les Français du 6 juin, pour Macron, « ils étaient un symbole mais au combien puissant pour l’honneur de la France. »

17h31 : Emmanuel Macron reprend avec son dictionnaire des synonymes une partie de son récit historique du cimetière américain

17h29 : Emmanuel Macron prend la parole pour la dernière fois aujourd’hui

17h28 : Suivent des images des commandos d’aujourd’hui

Les deux militaires morts au Burkina début mai sont de ceux-là. Rappelons leur nom : Cédric de Pierrepont et Alain Bertoncello.

17h25 : Un petit film montre désormais des images des entraînements des engagés français

17h24 : Trois fusiliers marins du commando sont encore vivants, un seul est présent à cette cérémonie, Léon Gautier, qu’Emmanuel Macron a rencontré à Bayeux en fin de matinée

17h22 : Deux jeunes personnes font lecture de textes sur le commando Kieffer

17h18 : Enième Marseillaise de la journée

Au cas où on ait un trou sur l’air et les paroles, cette journée est un bon reminder.

17h14 : C’est parti pour la suite de la cérémonie à Colleville-Montgomery, Emmanuel Macron est arrivé

16h53 : Macron est en voiture

S’il est en retard, c’est qu’il a « débriefé » le déjeuner avec Donald Trump avec ses conseillers, dit-on.

16h51 : Granit

On attend toujours Emmanuel Macron à Colleville-Montgomery. C’est lors de cette cérémonie d’hommage qu’une statue de Philippe Kieffer doit donc être inaugurée. La statue en granit a été érigée en bord de mer, en face de La Flamme, une sculpture sur laquelle sont gravés les noms des 177 membres du commando Kieffer, intégré au Royal Marine Commando N° 4. La statue de Philippe Kieffer fait ainsi face à celle en bronze à l’effigie de Lord Lovat, qui commandait la 1re brigade commandos, à laquelle appartenait le commando Kieffer.

16h37 : Le commando Kieffer

J’en ai parlé brièvement un peu plus tôt. Le commando Kieffer comprend moins de 200 hommes, il a été créé au Royaume-Uni et est en fait plus ou moins intégré aux forces britanniques. Le 6 juin, il avait deux missions précises et importantes : reprendre un pont, nommé Pegasus bridge a posteriori, à Bénouville, puis le casino de Ouistreham. C’était d’une importance fondamentale : c’était un point clef de la défense allemande de la côte. Les deux missions ont été réalisées avec succès. 10 des 177 commandos sont morts le 6 juin 1944.

16h28 : Planning

Emmanuel Macron quitte la préfecture. Il va rejoindre Colleville-Montgomery pour l’hommage au Commando Kieffer.

Donald Trump lui doit rentrer aux Etats-Unis. Il n’a, en tout cas, plus d’engagements officiels.

Ils ne seront à pas à la cérémonie internationale, qui doit avoir lieu à Courseulles-sur-Mer, à partir de 18h30. C’est Edouard Philippe qui la présidera, aux côtés de Justin Trudeau. Ces deux-là ne se quittent plus.

16h18 : Digestif

On nous dit dans l’oreillette que le déjeuner entre Emmanuel Macron et Donald Trump est terminée.

16h13 : C’est déjà fini

De manière étonnante (non), Edouard Philippe n’a pas dit s’il serait là, avec Emmanuel Macron, pour commémorer les 80 ans du Débarquement, en 2024, comme le lui demandait Julian Bugier.

16h12 : « Il y a des sujets d’inquiétude. Comme l’attitude de certains de nos alliés que nous pensions moins imprévisibles. (…) Je ne crois pas du tout à la fin de l’histoire. A un état ou la guerre serait impossible et la paix éternelle. Je ne suis pas naif. Il faut un effort permanent et construire les bonnes alliances. »

16h09 : Le premier ministre, qui est normand, raconte les souvenirs familiaux du Débarquement

« En Normandie le Débarquement a laissé des traces très profondes. »

16h08 : Edouard Philippe prend la parole sur France 2

15h59 : La journée d’Edouard Philippe

Le premier ministre est, lui aussi, sur le front, en cette journée de commémorations. Il a représenté la France à plusieurs cérémonies. Je vous ai dit en début de live que de très très nombreuses sont organisées aujourd’hui. Edouard Philippe a notamment été avec Justin Trudeau, le chef du gouvernement canadien. Philippe est désormais à Utha beach, dans le Cotentin.

Edouard Philippe et Justin Trudeau, à l'occasion du 75e anniversaire du Débarquement du 6 juin 1944.
Edouard Philippe et Justin Trudeau, à l'occasion du 75e anniversaire du Débarquement du 6 juin 1944. - GUILLAUME SOUVANT / AFP

 

15h48 : A Colleville-Montgomery

Une bonne partie de la journée est placée sous le signe de Commando Kieffer, qui a débarqué sur Sword beach, près de Ouistreham. Philippe Kieffer dirigeait le seul commando français de l’opération. Une première cérémonie d’hommage a lieu en ce moment même.

Une seconde, avec Emmanuel Macron, doit avoir lieu un peu plus tard.

15h41 : Le saviez-tu ?

Henner Henkel. Ce nom ne vous dit probablement et pourtant c’est le vainqueur allemand de Roland-Garros en 1937. Convoqué dans la wehrmacht en 1942, il meurt en janvier 1943 des suites de ses blessures lors de la bataille de Stalingrad. C’est grâce à ce prétexte tout pété que je peux vous dire de Thiem a gagné le premier set dans son quart de finale masculin face à Khachanov. Tout comme le numéro 1 mondial Novak Djokovic face à Alexander Zverev, toujours dans le simple masculin. 

15h22 : « Quand j’ai vu les avions allemands, j’ai su que les Alliés avaient débarqué »

Notre journaliste Charlotte Murat a recueilli le témoignage de Pierre, qui avait 10 ans le jour du Débarquement. Il habitait l’Indre, mais l’effervescence était bien là.

15h06 : Seum russe

Vladimir Poutine a assuré jeudi que ce n’était pas « absolument pas un problème » de ne pas avoir été invité en Normandie pour le 75e anniversaire du débarquement du 6 juin 1944, assurant que la Russie n’invitait « pas tout le monde non plus » à ses cérémonies. « Pourquoi devraient-ils toujours m’inviter partout ? Je suis quoi, un général d’opérette ? J’ai assez de choses à faire ici, ce n’est absolument pas un problème », a-t-il déclaré avec des responsables d’agences de presse en marge du Forum économique de Saint-Pétersbourg (nord-ouest).

14h53 : Fin du point presse

Les deux ont abordé la question iranienne, qui crispe notamment les relations américano-europennes. Les deux chefs d’Etats ont bien caché leurs différends.

 

14h48 : Le président français repasse au français

Emmanuel Macron souligne la bonne coopération entre la France et les Etats-Unis. Notamment sur le plan militaire « en Afrique et au Levant ». « Nos soldats travaillent la main dans la main sur tout ces théâtre d’opération. »

14h45 : Notez que Macron parle en anglais

14h44 : Puis Trump

Le président américain a « hâte de revenir, c’est un endroit très spécial, très particulier ». Il remercie Emmanuel Macron et la France pour leur accueil. Donald Trump explique qu’il va avoir des discutions sur des thèmes commerciales et militaires, notamment, en suivant. « Notre relation personnelle est fantastique. Il y a des hauts et des bas entre nos deux pays mais en ce moment ça va vraiment très bien. »

14h40 : D’abord Macron

Emmanuel Macron remercie à nouveau les Etats-Unis pour la Libération de la France et en remet une couche sur l’importance du multilatéralisme, comme dans son discours à Colleville.

14h39 : C'est parti pour un point presse

14h26 : Ils y sont

Les deux hommes et leurs épouses sont dans la cour d’honneur de la préfecture. On dirait un mini-Elysée normand. C’est coquet, comme disent les agents immobiliers qui tentent de vendre un petit bien.

14h19 : C’est au programme

Voilà, bien sûr la cérémonie à Colleville-sur-Mer est terminée. Donald Trump et Emmanuel Macron sont attendus à la préfecture du Calvados, à Caen, pour un déjeuner de travail.

13h30 : Une belle image du défilé aérien

Publiée par une journaliste sur place.

 

13h11 : C’est bien ça !

Moment de recueillement pour les quatre, et Melania Trump a déposé un bouquet au pied d’une croix.

13h10 : Les deux couples semblent partis pour déposer quelques fleurs sur des tombes

13h08 : On s’approche tranquillement de la fin de cette cérémonie

Mais pas de ce live, on passe la journée ensemble.

13h04 : Bon évidemment c’est assez visuel comme séquence mais voici la Patrouille de France

Imaginez.

12h57 : Les appareils sont maintenant au dessus de Colleville

12h55 : Le défilé militaire aérien va commencer

On y trouvera la Patrouille de France.

12h53 : La sonnerie aux morts est jouée

12h52 : Face à la mer (bis)

Donald Trump, Melania Trump, Emmanuel Macron et Brigitte Macron se trouvent devant le plan du Débarquement de Normandie qui se trouve au niveau du belvédère.

12h49 : Vingt-et-un coups de canons sont en train de retentir sur Omaha beach

12h48 : Les deux couples présidentiels se dirigent vers le belvédère du cimetière, face à la mer

12h41 : Longues séquences de poignées de mains et d’accolades avec des vétérans pour Macron et Trump

Mais ça n’est pas fini.

12h38 : Séquence musicale après une minute de silence

Mais impossible de remettre la main sur ce titre… C’est pas une musique de film ?

12h34 : « Dieu bénisse nos vétérans, nos alliés et dieu bénisse l’Amérique. »

C’est fini pour Donald Trump. Un discours passé de l’anecdotique au très nationaliste sur la fin.

12h33 : « Le sang, les larmes versées. Les sacrifices consentis n’ont pas permis uniquement de gagner une bataille ou une guerre. Ils ont gagné un avenir pour une nation et la survie de notre civilisation. Ils ont montré comment défense notre manière de vivre pour les décennies à venir. »

12h31 : « Nous savons ce que ces hommes ont fait. Nous savons leur courage. Nous savons qu’ils sont venus ici et ont sauvé la liberté. Ils sont revenus chez eux et nous ont montré ce que c’est la liberté. Ils ont construit des familles, des entreprises, une culture nationale qui a inspiré le monde tout entier. L’Amérique a battu le communisme, a envoyé un homme sur la Lune, a révolutionné la science (…) Et aujourd’hui l’Amérique est plus forte qu’elle ne l’a jamais été. »

Au moins c’est clair.

12h28 : « Il y avait plus que la force des armes américaines. Il y avait la force des cœurs américains. Ce sont des hommes qui sont passés en plein enfer. Ils étaient mus par le patriotisme d’un peuple souverain et fier. »

Quelque accent nationaliste pour Donald Trump.

12h27 : « A tous nos partenaires. Notre alliance chérie a été construite dans la guerre (…) Elle est indestructible. »

12h26 : « L’Amérique remercie le peuple français de prendre soin de nos morts. »

12h24 : « Des gens solides, des gens remarquables. »

Donald Trump parle des résistants français.

12h23 : Dans le récit de Trump, on en est à la Libération de Paris

Le saviez-vous ? C’était le 25 août 1944.

12h19 : Là, pour le coup, dans le discours de Trump, on est beaucoup dans l’anecdote

Des anecdotes toujours assez incroyables, de soldats qui ont débarqué le 6 juin, mais, pour le moment, peu de messages politiques.

12h15 : « Les GI ne portaient pas simplement sur les épaules leur barda mais aussi le devenir de l’humanité. »

12h13 : Trump parle beaucoup de courage, et de « courage à la française »

12h11 : Le président américain fait lui aussi quelques rappels historiques de base

12h09 : « Aujourd’hui nous nous souvenons de ceux qui sont tombés et nous honorons ceux que qui se sont battus ici même. (…) Vous comptez parmi les Américains les plus courageux. »

Trump fait lui aussi applaudir les vétérans.

12h07 : C’est au tour de Donald Trump de faire son discours

12h02 : Le président français remet la légion d’honneur à plusieurs vétérans américains

12h01 : Macron parle d’un « pacte séculaire sur la liberté » liant la France et les Etats-Unis

Et c’est terminé pour Emmanuel Macron, qui a quand même mis quelques cailloux dans le jardin de Donald Trump, sur le multilatéralisme.

12h00 : « Cette promesse de Normandie, la France continuera de la porter de toutes ses forces, j’en fais ici le serment. »

11h59 : « Nous ne devons jamais cesser de faire vivre l’alliance des peuples libres. C’est ce que firent les vainqueurs en créant les Nations Unis. C’est ce que firent les Etats-Unis en créant l’Otan. C’est ce que firent les dirigeants de ce continent en créant l’Union européenne. »

On est entré dans la séquence très politique.

11h57 : Emmanuel Macron rappelle l’aide de la France à l’indépendance américaine, « mais nous vous devons plus ».

11h54 : Le président français raconte quelques anecdotes de soldats présents aujourd’hui

11h52 : « Au nom de la France, au nom de notre nation, je m’incline ce jour devant leur bravoure. Devant le sacrifice immense de ceux qui tombèrent en héros sur ces terres normandes entre juin et août 1944. (…) Aux vétérans et à leur nation, je dis merci. »

11h50 : « Ce qui frappe encore 75 ans après c’est le courage inouï dont ils firent preuve (…) Pour libérer une terre qui pour la plupart ils n’avaient jamais foulé. »

« La France n’oublie pas. »

11h49 : « Ces milliers de soldats (…) avaient pour la plupart une vingtaine d’années. Et pourtant ils étaient déjà loin les jours heureux de leur jeunesse. »

​Macron rend hommage aux soldats américains.

11h47 : Le chef de l’Etat commence par un rappel historique avec la licence poétique qu’on lui connaît en de telles circonstances

11h45 : Emmanuel Macron prend la parole

11h43 : « A quelques mètres de là où vous êtes assis, une génération de jeunes hommes américains, français, canadiens, britanniques, on fait l’impossible. Dans une aventure sans précédent dans l’histoire de l’humanité. »

11h40 : Il rend hommage aux vétérans présents, ce qui provoque bien sur l’ovation du public, et des présidents

11h39 : C’est désormais le secrétaire de la Commission des monuments de guerre américains qui prend la parole, William Matz

11h36 : On passe à la prière de l’aumônier des forces américaines stationnées en Europe

C'est Timothy Mallard.

11h31 : On lève les couleurs et on va jouer les hymnes français et américain

11h30 : Emmanuel Macron, tout sourire, joue la complicité avec Donald Trump

Avec qui les relations ne sont pourtant pas au beau fixe.

11h28 : Les deux présidents saluent les vétérans américains

Ils sont 160 présents, dont 45 qui ont participé aux combats du 6 juin 1944.

11h27 : La cérémonie d’hommage au cimetière américain de Colleville-sur-Mer commence

11h23 : Et visiblement l’interview de Trump est terminée

Puisque le couple présidentiel américain accueille le couple présidentiel français. C’est Trump qui accueille Macron car nous sommes en territoire américain là, eh ui.

11h21 : Ahhhhh ! Emmanuel Macron vient d'arriver !

En hélico donc. Oubliez Bison 20 Minutes.

11h20 : Le gif parfait

11h14 : On attend

11h06 : On est en retard, vous l’avez noté

A priori Donald Trump est en train de donner une interview (?!) à un média américain. Pas de traces d’Emmanuel Macron.

11h04 : Instant people

Alors qu'on apprend que l'ambassadrice américaine en France est Jamie McCourt, l'ex-femme de Frank McCourt, le propriétaire de l'Olympique de Marseille. Merci Etienne Leenhardt sur France 2.

10h50 : L’hélico de Donald Trump vient d’arriver au cimetière américain de Colleville-sur-Mer

10h42 : On se prépare pour la principale cérémonie de la journée

Elle doit durer une heure et quart, et c’est donc au cimetière américain de Colleville-sur-Mer. Cette nécropole, avec un peu moins de 10.000 croix blanches, est située derrière Omaha beach. Si vous n’y êtes jamais allé, c’est un lieu absolument poignant.

10h29 : Raffarin mal à l’aise

L’ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin a souligné jeudi le « malaise » à voir Donald Trump participer aux commémorations du 75e anniversaire du Débarquement en Normandie car il n’est pas « un allié sûr ». « Aujourd’hui s’il y avait besoin de l’Amérique, je ne suis pas sûr que l’Amérique serait au rendez-vous », a-t-il déclaré sur Cnews.

« Il y a un malaise dans cette présence de Trump aujourd’hui, puisque à la fois il est porteur du plus beau message d’unité et de liberté mais en même temps il tourne le dos au message historique de l’Amérique. La réalité aujourd’hui c’est que les Etats-Unis en veulent à l’Europe, jouent contre l’Europe », souhaitent sa « déconstruction », a poursuivi Jean-Pierre Raffarin.

10h26 : Trump est arrivé à Caen !

Il a passé la nuit dans un de ses complexes hôteliers en Irlande. Il va aller à Colleville-sur-Mer en hélico. Il devrait donc être à l’heure : par la route, Bison 20 Minutes était pessimiste.

10h14 : Profitez de ce petit creux pour lire le papier de mon excellente voisine de bureau, Lucie Bras

 

10h00 : Une cérémonie religieuse britannique

On reste à Bayeux car il y a aussi une cérémonie religieuse britannique avec Theresa May et la famille royale est représentée par le prince Charles et Camilla Parker-Bowles, son épouse. La France est représentée par Florence Parly, la ministre des Armée.

09h57 : Les portes se referment

On a juste eu un petit aperçu du témoignage de Léon Gautier, centenaire, engagé dès 1940 du côté de la France libre.

09h54 : Emmanuel Macron est bien arrivé à Bayeux

Il discute dans un salon avec des vétérans.

09h46 : On nous signale du mouvement à Bayeux, tenez-vous prêts et prêtes

09h39 : Une carte !

Avant de retrouver Emmanuel Macron à Bayeux qui, comme prévu par Bison 20 Minutes, est en retard, coup d’œil sur le programme du président de la République aujourd’hui à travers le Calvados. Après il va au cimetière américain de Colleville pour la cérémonie avec Trump, à 11 heures, avant de s’entretenir avec lui mais… à Caen. La journée se terminera avec un hommage au commando Kieffer à 16h30 à Colleville-Montgomery (attention, c’est pas la même ville que l'autre Colleville).

Y'a de la route, mine de.
Y'a de la route, mine de. - Google Map

 

 

 

09h27 : Des cérémonies. Des cérémonies partout

La commémoration du 6 juin 1944 est très importante en Normandie, encore plus lors d’un « compte rond », comme ce 75e anniversaire. Nos amis de Ouest France détaillent la liste des rendez-vous un peu partout dans le Calvados et la Manche. Le prochain rendez-vous d’Emmanuel Macron est à 9 h 30 à Bayeux, avec des vétérans. Vingt-cinq minutes de route d’après Google : même en roulant bien ça va pas le faire. On vous tient au courant.

09h22 : La cérémonie de Ver est maintenant terminée

09h20 : Pourquoi ici ?

May et Macron ont posé la première pierre du futur mémorial en hommage aux militaires britanniques à Ver-sur-Mer.

9h17 : Face à la mer

« Face contre terre, j’aurais pu mourir », dirait Calogero dans des paroles fort à propos. Le chef de l’Etat français et la futur-ex cheffe du gouvernement britannique font donc maintenant face à la plage de Juno, où ont débarqué une partie des soldats britanniques engagés dans ce Débarquement du 6 juin 1944.

9h15 : Theresa May et Emmanuel Macron passent en revue les vétérans présents

Et ça discute tranquillement.

9h05 : La Marseillaise retentit

Les militaires britanniques jouent La Marseillaise, suivie par God save the queen. Un joueur de cornemuse est également présent. 

9h02 : Alors que les journalistes britanniques relèvent le retard du président français...

 

8h55 : Theresa May s'exprime à son tour

La Première ministre britannique se tourne vers les vétérans pour les remercier. 

8h54 : Emmanuel Macron rend hommage à Theresa May

La Première ministre britannique doit démissionner vendredi. Emmanuel Macron a tenu à lui rendre hommage, ainsi qu'au travail commun accompli. «La force de notre lien dépasse les péripéties du moment. Nous pouvons être fiers des résultats obtenus. Vive l'amitié entre nos deux pays.»

8h50 : Emmanuel Macron prend la parole

« Il fallait réparer cette anomalie, qu’aucun lieu ne rende hommage aux soldats britanniques », explique le président de la République. « We owe our freedom to the veterans », indique Emmanuel Macron en anglais. « Ce mémorial est le symbole des liens entre le Royaume-uni et la France et rien ne les effacera. Notre histoire nous dépasse, parce que nos vétérans nous obligent. »

8h40 : Les hommages se succèdent à Ver-sur-Mer

Les prises de parole se succèdent pour rendre hommage aux soldats britanniques : l'aumonier général de l'Armée royale, des militaires britanniques et américains également. 

8h34 : Theresa May et Emmanuel Macron à Ver-sur-Mer

La journée débute par la pose de la première pierre d'un mémorial britannique à Ver-sur-mer (Calvados), en présence d'Emmanuel Macron, de Theresa May et de vétérans britanniques. Il s'agit du dernier rendez-vous officiel de Theresa May avant sa démission vendredi.

8h31 : Donald Trump a déjà tweeté

Il est encore tôt, mais le président américain a déjà salué les commémorations à venir sur le réseau social. 

«Une grande et magnifique journée à venir aujourd'hui»

«Ils ignoraient s'ils seraient encore vivants dans une heure. Ils ne savaient pas s'ils vieilliraient. Mais ils étaient convaincus que l'Amérique devait gagner. Leur cause était leur Nation, et les générations à venir.»

8h30 : Bonjour et bienvenue dans ce live

Toute la journée, nous allons suivre les commémorations du débarquement allié du 6 juin 1944. Entre une cérémonie coprésidée par Emmanuel Macron et Donald Trump devant 12.000 personnes, l'hommage aux 177 combattants du commando Kieffer et la rencontre avec des vétérans, la journée promet d'être riche en émotions.