Electricité: Il n'y aura pas de pénurie cet été, même en cas de fortes chaleurs

GESTION En cas d’épisode de canicule, caractérisé par des températures élevées pendant plusieurs jours consécutifs, le pic de consommation pourrait dépasser 60.000 mégawatts

20 Minutes avec AFP

— 

Illustration: Un transformateur appartenant à RTE (Réseau transport électricité)
Illustration: Un transformateur appartenant à RTE (Réseau transport électricité) — F.SCHEIBER/20 MINUTES/SIPA

Même en cas de canicule, la France devrait disposer de suffisamment d’électricité cet été, grâce à une bonne disponibilité du nucléaire et à l’essor des énergies renouvelables, a estimé RTE, le gestionnaire du réseau à haute tension, ce mercredi. « Au regard des prévisions de disponibilité des moyens de production (75.000 mégawatts) et de pointes de consommation (55.000 mégawatts), RTE estime que la France devrait être largement exportatrice d’électricité », a expliqué le gestionnaire du réseau à haute tension dans un communiqué.

A conditions normales de températures, la capacité de production devrait rester supérieure à la consommation d’environ 20.000 mégawatts (MW). En cas de canicule, la marge resterait d’environ 7.000 MW, selon l’étude du gestionnaire du réseau. La demande de courant devrait être similaire à celle de l’année précédente, avec une pointe de 55.000 MW.

La consommation tirée par l’utilisation des ventilateurs et des climatiseurs

En cas d’épisode de canicule, caractérisé par des températures élevées pendant plusieurs jours consécutifs, le pic de consommation pourrait dépasser 60.000 MW. L’an dernier, il a atteint au maximum 57.000 MW lors du 22 juin, une journée qui présentait des températures supérieures de 3°C aux normales de saison. Une augmentation d’un degré entraîne une hausse de 500 MW en moyenne à la pointe de la consommation journalière, tirée par l’utilisation des ventilateurs et des climatiseurs, « soit l’équivalent de la consommation de l’agglomération de Bordeaux ».

Le creux estival attendu autour de la semaine du 15 août

Contrairement à l’hiver, la période estivale se caractérise cependant par une consommation basse d’électricité, liée à une diminution de l’activité économique. « Les creux de consommation les plus bas sont ainsi attendus autour de la semaine du 15 août, avec une consommation électrique pouvant descendre jusqu’à 30.000 MW », a détaillé RTE. Les moyens de production seront supérieurs de près de 20.000 MW en moyenne à la consommation à la pointe.

Si la France peut exporter son excédent de production, RTE pourrait avoir à demander l’arrêt de certains moyens de production. Les épisodes de surplus de production se sont multipliés ces dernières années, du fait notamment du développement des énergies renouvelables. Le taux de couverture de la consommation par les énergies renouvelables pourrait régulièrement dépasser les 25 % à 13 heures cet été et même battre des records, précise RTE.