Marseille: Des tentes chauffantes installées par la ville pour éradiquer les punaises de lit

PUNAISE DE LIT La ville de Marseille s’est dotée de deux tentes spécialisées dans l’éradication des punaises de lit

Adrien Max

— 

La ville de Marseille s'est dotée de deux tentes chauffantes pour éradiquer les punaises de lit.
La ville de Marseille s'est dotée de deux tentes chauffantes pour éradiquer les punaises de lit. — Jean-Michel Bérenger
  • La ville de Marseille a acheté de tentes chauffantes pour éradiquer les punaises de lit qui touche plusieurs lieux de la ville.
  • Cette tente chauffante atteint les 56°C grâce à de la vapeur durant une heure, une température qui tue à la fois les larves et les adultes.

Une situation telle que des parents d’élèves refusaient de mettre leur enfant à l’école. Depuis plusieurs mois, la ville de Marseille est confrontée au problème des punaises de lit. Ecoles, services hospitaliers, chez les particuliers, les punaises de lit sont partout. Ou presque.

« Lors du drame de la rue d’Aubagne, la ville a reçu des tonnes de vêtements en dons. Malheureusement on s’est rapidement aperçu qu’ils étaient infestés de punaise de lit. Plutôt que de tout jeter, je leur ai parlé de ce système », explique Jean-Michel Bérenger, entomologiste et spécialiste des punaises de lit.

Une tente chauffée à 56 °C pendant une heure

« Ce système est en réalité une tente de gros volume, sous laquelle on peut installer beaucoup de vêtements, mais aussi du mobilier. L’intérieur de la tente est chauffé grâce à de la vapeur à 56 °C pendant une heure, ce qui tue les punaises de lit. Les larves résistent à 52 °C tandis que les adultes meurent à partir de 48 °C », détaille le spécialiste. Un contrôle par chien renifleur est ensuite opéré pour s’assurer de la mort des punaises de lit.

Une des tentes installées par la mairie de Marseille contre les punaises de lit.
Une des tentes installées par la mairie de Marseille contre les punaises de lit. - Adrien Max / 20 Minutes

Une première tente est donc installée de manière permanente au sein du Samu Social de Marseille, la seconde est itinérante. « Nous l’installons dans les lieux publics là où il y a ces petites bestioles. Devant les écoles notamment, pour traiter tout le matériel. Mais tout le monde peut être concerné, que ce soit les grands hôtes, comme les petites maisons. Ça faisait un moment qu’on menait une réflexion à ce sujet, on a décidé d’agir », explique Patrick Padovani, adjoint à la santé à la mairie de Marseille.

« Marseille à la pointe » avec une solution naturelle

« On travaille ensemble depuis un moment, et c’est vrai que Marseille est à la pointe sur cette problématique », indique Jean-Michel Bérenger. Une société spécialisée dans la désinsectisation lui fait tester des produits, ce qui lui permet d’être au courant des dernières nouveautés.

« J’ai dit à la ville que je ne voulais surtout pas de solutions avec des produits chimiques. C’est l’un des avantages de ces tentes, elles ne fonctionnent qu’avec de la vapeur. Et contrairement à la technique de congélation qui peut prendre jusqu’à trois jours, il est possible de faire au moins deux utilisations des tentes par jour. C’est un gain de temps essentiel », avance-t-il.

Le prix d’achat d’une tente, autour de 9.000 euros, est ainsi rapidement rentabilisé. « Certains payent des traitements contre des punaises de lit à 1.000 euros, sans qu’il soit efficace. Je suis passé dans un foyer SDF qui y avait eu recours, il restait des bestioles », indique le spécialiste.

Pour lui, la solution la plus efficace serait tout simplement de former les particuliers. « Il suffit d’un bon aspirateur et d’une machine à vapeur. Il suffit de montrer aux gens comment se débrouiller par eux-mêmes, ce qui permettrait de limiter le phénomène », espère Jean-Michel Bérenger. La mairie s’est, elle, entourée de deux techniciens pour être à la pointe en matière de technique, et d’innovation.