La foudre a frappé un terrain de foot près d'Arras (illustration).
La foudre a frappé un terrain de foot près d'Arras (illustration). — J.Finney / Cover Images / SIPA

METEO

Arras: Comment des enfants jouant au foot ont pu être foudroyés

Deux jeunes joueurs d’une équipe de football ont été blessés par la foudre en plein entraînement

  • La foudre a frappé un terrain de football, mardi, dans le Pas-de-Calais.
  • Deux jeunes joueurs de l’équipe locale ont été blessés, dont un sérieusement.
  • Des spécialistes avancent l’hypothèse d’un phénomène de courant de sol.

Météo France avait placé la région des Hauts-de-France en vigilance orange aux orages, mardi, entre 16 heures et 22 heures. Vers 18h30, la foudre a frappé un terrain de football à Saint-Nicolas les Arras, dans le Pas-de-Calais, alors que l’équipe locale des moins de 15 ans s’entraînait. Deux enfants ont été blessés, dont un sérieusement. Deux spécialistes des phénomènes orageux ont livré à 20 Minutes leurs hypothèses sur cet accident.

Le phénomène du «courant de sol»

Même si les incidents de cette sorte sont largement médiatisés, il est toutefois assez rare qu’une personne soit touchée par la foudre. Dans le cadre de matchs de football, plusieurs cas comparables ont néanmoins déjà été observés par le passé. En octobre 1998, plusieurs joueurs avaient été foudroyés lors d’une rencontre à Kinshasa, au Congo. Même chose à Bogota, en Colombie, lors d’un match en février 2011 ou en mars 2018 en Afrique du sud. « Dans la majorité des cas, les victimes ne sont pas touchées directement. On est face à ce que l’on appelle un courant de sol », avance Emmanuel Bocrie de Météo France. La foudre tombe à un endroit et le courant se propage dans le sol, blessant plus ou moins gravement les personnes à proximité.

« Il y a une grande part de hasard dans les conséquences. La distance par rapport au point d’impact, la nature du sol, l’environnement ou encore l’écartement des pieds de la personne au moment où elle est touchée par le courant », poursuit Emmanuel Bocrie. Tous ces facteurs peuvent expliquer pourquoi seuls deux des 24 enfants présents sur le terrain ont été blessés : « Avec ce phénomène de tension de pas, plus on est éloigné du point d’impact, moins le risque est élevé. Mais pour un joueur de football, porter des crampons métalliques peut aussi avoir une influence », assure Alain Rousseau, président du comité scientifique de l’Association Protection Foudre.

«Le but de la vigilance orange n’est pas de crier au loup»

Le drame pouvait-il être évité? Selon le maire de Saint Nicolas les Arras, « le temps était tout à fait normal, rien ne laissait présager un coup de foudre d’une telle intensité ». Pourtant, le département était en vigilance orange. « Etre dehors, à découvert, pendant un épisode orageux, c’est prendre un risque. Même s’il est simplement recommandé et non interdit de pratiquer des activités extérieures », insiste Alain Rousseau. « Le but de la vigilance orange n’est pas de crier au loup. Il y a des seuils et des critères pour son déclenchement », ajoute le spécialiste de Météo France.

Selon la préfecture du Pas-de-Calais, une enquête a été ouverte auprès du TGI d’Arras pour déterminer les éventuelles responsabilités dans cet incident. « Comme il n’y avait pas d’interdiction de sortir, il s’agit donc de libre arbitre. Mais à qui revient la décision d’y aller ou pas ? », s’interroge Alain Rousseau.