Paris: Une campagne d'affichage dans le métro contre les cirques avec animaux sauvages

PROTECTION Selon l'association Code Animal, 356 communes ont déjà pris position localement pour des cirques sans animaux

20 Minutes avec AFP

— 

Une représentation du cirque Pinder à Paris en 2005.
Une représentation du cirque Pinder à Paris en 2005. — BERTRAND GUAY / AFP

« Un lion n’a pas sa place dans une remorque ! ». L’association Code Animal a lancé ce mardi une campagne d’affichage dans le métro parisien pour dénoncer l’exploitation des animaux dans les cirques en France.

« Aujourd’hui, 356 communes ont pris position localement pour des cirques sans animaux, dont Strasbourg, Montpellier, Grenoble, Lille ou encore Paris. De plus en plus de mairies se positionnent et il y a des tensions entre les élus locaux et les circassiens », confie Alexandra Morette, présidente de l’Association spécialisée dans la captivité des bêtes.

Près de 500.000 voix récoltées par le Parti animaliste

Surfant sur le score du Parti animaliste qui a créé la surprise en récoltant près de 500.000 électeurs, soit 2,17 % des voix aux élections européennes, les défenseurs des animaux repartent au combat pour défendre la cause « des animaux intelligents et en danger d’extinction, contraints de faire des numéros contre-nature et absurdes pour quelques personnes en mal de spectacle ».

« On se rend compte avec les élections européennes qu’il y a une réelle attente des citoyens sur cette question-là », estime Alexandra Morette qui fait partie de la commission cirque et zoo, mise en place par le ministre de la Transition écologique, François de Rugy. « On est vraiment à un tournant historique et on espère que le gouvernement va prendre la bonne décision d’interdire les cirques avec des animaux sauvages, comme les 24 autres pays de l’Union Européenne », dit-elle.