Vendée: La ville des Sables d'Olonne lance l'opération «un été sans paille»

DECHETS Une quarantaine de commerçants s'engagent à remplacer les pailles en plastique par des pailles en carton 

20 Minutes avec AFP

— 

Illustration de jus de fruits avec des pailles en plastique.
Illustration de jus de fruits avec des pailles en plastique. — SUPERSTOCK/SUPERSTOCK/SIPA

Le plastique, ce n’est pas fantastique. Environ quarante restaurateurs des Sables-d'Olonne​ ont rallié l’initiative locale « Un été sans paille », qui vise à remplacer les pailles en plastique par des pailles en carton dans cette station balnéaire de Vendée, a annoncé ce mardi la ville. Des enseignes comme Disneyland, McDonald's, Nestlé ont déjà remplacé leurs pailles en plastique ou travaillent dans ce sens.

« Nous voulons montrer qu’il est possible de se passer de plastique », a déclaré Dominique Jaouen, secrétaire de l’association "Tous dans l’même bateau", qui fait partie des membres à l’initiative de cette opération.

 

« Une démarche civique et pédagogique »

L’idée vise à supprimer les pailles en plastique dans les restaurants et bars de cette ville balnéaire d’environ 43.000 habitants, qui comptabilise 3,5 millions de nuitées dans les établissements touristiques par an, selon la mairie. « Depuis janvier, nous faisons la chasse aux plastiques inutiles, à usage unique comme les gobelets, les touillettes ou les bouteilles d’eau », a déclaré Yannick Moreau, le maire (LR) des Sables-d’Olonne, soulignant que l’initiative s’inscrivait « complètement dans cette démarche civique et pédagogique ».

Une quarantaine d’établissements sur 220 se sont engagés à troquer plastique contre carton dans les verres de leurs clients, selon l’association, qui espère engranger d’autres adhésions avant le début de l’été.

Une paille en plastique met 450 ans à se dégrader

« Nous avons lancé cette opération en réaction au report de l’interdiction des pailles en plastique et des couverts jetables à 2021, alors que cette réglementation devait voir le jour en 2019 », a expliqué Dominique Jaouen, estimant qu’il s’agissait d’une « première en France ».

Les pailles en plastique, qui mettent 450 ans à se dégrader, font partie des cinq objets les plus retrouvés sur les plages, selon l’association, qui a estimé que « certains établissements consomment plus de 20.000 pailles par saison » aux Sables-d’Olonne.

Une entreprise locale sera chargée de fournir les pailles en carton dont le coût, en moyenne huit fois supérieur à celui du plastique, sera absorbé par des partenaires privés et des subventions publiques à hauteur de 3.000 euros, ont expliqué les porteurs du projet. L’opération « Un été sans paille » démarrera officiellement le 1er juillet.