Eure: Un ex-curé entonne un chant hostile à Emmanuel Macron dans une église avec des «gilets jaunes»

POLEMIQUE L'ancien prêtre de cette paroisse de l'Eure, qui n'est plus reconnu par sa hiérarchie; explique ne pas avoir été « maître de la situation »

20 Minutes avec agence

— 

Une manifestation des «gilets jaunes». (illustration)
Une manifestation des «gilets jaunes». (illustration) — SIPA

Une vidéo montrant sur Twitter des « gilets jaunes » et un prêtre entonner un chant hostile à Emmanuel Macron au sein d’une église a fait beaucoup réagir ce dimanche, rapporte LCI. Le curé, habillé en tenue traditionnelle et entouré d’une quinzaine de personnes, se nomme Francis Michel. Il officie au Planquay ( Eure) et dit ne pas avoir « vraiment été maître de la situation ».

« Il ne s’agit pas d’un rassemblement de "gilets jaunes", mais plutôt de gens venus à la messe pour me remercier, car je m’implique depuis longtemps sur les ronds-points », a expliqué le prêtre, qui n’est plus reconnu dans ses fonctions par l’évêque d’Evreux. Christian Nourrichard estime en effet que celui-ci n’a pas « respecté les règles constitutives de [son] rectorat » et a émis un décret de suspense à son encontre en novembre 2016.

« Inadmissible d’avoir de tels propos »

Francis Michel aurait officié sans la permission de l’évêché. Il a également été condamné en première instance et en appel pour avoir prélevé 100.000 euros de dons de paroissiens. L’évêque rappelle que « Francis Michel n’a plus aucune responsabilité ni pouvoir dans l’Eglise catholique. Mais nous n’avons ni pouvoir de police ni de gendarmerie. » Face à la scène relayée sur le réseau social, le prélat juge « inadmissible d’avoir de tels propos, indépendamment des visions politiques, et de dénaturer ainsi la mission de l’Eglise ».

Quant à l’ex-curé, connu pour avoir habillé d’un gilet jaune le jésus de sa crèche fin 2018, il a tenu à apporter quelques explications sur ce que montre la vidéo. L’homme a raconté que, après la messe, « nous avons fait une photo générale devant l’autel, ce qui ne me semble pas déplacé ». Avant de reconnaître : « Ce qui est regrettable, c’est que les chants entonnés n’aient pas été tenus à l’extérieur. »