Montpellier se lance à la conquête des touristes russes

AEROPORT L’ouverture de la nouvelle ligne aérienne vers Moscou doit permettre à Montpellier et plus globalement la région d’accéder à une nouvelle clientèle

Jerome Diesnis

— 

La nouvelle ligne directe entre Montpellier et Moscou est ouverte depuis le 2 juin.
La nouvelle ligne directe entre Montpellier et Moscou est ouverte depuis le 2 juin. — Jérôme Diesnis / Agence Maxele Presse
  • La nouvelle ligne entre Montpellier et Moscou a été ouverte dimanche 2 juin.
  • Montpellier espère attirer une partie des touristes russes qui se rend jusqu’à présent sur la Côte d’Azur ou la Costa Brava.
  • Les offices de tourisme ont travaillé pour accueillir cette nouvelle clientèle.

Les cinquante premiers passagers à destination de Moscou ont embarqué à l’aéroport de Montpellier. Une centaine de voyageurs s’apprêtaient à faire le chemin inverse. Depuis dimanche, « Montpellier est la porte d’entrée de la Russie en Occitanie », évoque Emmanuel Brehmer, président du directoire. Ural Airlines a fait décoller son premier avion du tarmac de Montpellier, quatrième ville française (après Paris, Marseille et Nice et simultanément avec Bordeaux) à desservir la capitale russe, à raison trois rotations par semaine jusqu’au 26 octobre.

Emmanuel Brehmer veut porter rapidement à trois millions le flux de passagers (proche des deux millions en 2018) « A cet effet, ouvrir une destination vers Moscou est important en termes d’image. » En concurrence frontale avec les mastodontes régionaux que sont Marseille et Toulouse (environ 9 millions de passagers chacun en 2018), Montpellier vient concurrencer Nice et la Costa Brava sur le secteur du tourisme russe. « Les études révèlent une forme de saturation des Russes pour la Côte d’Azur. Parce qu’ils ont l’impression de se retrouver entre eux », souligne Jean-Luc Cousquer, président de l’office de tourisme (OT) de Montpellier.

Visites en russe

Pour y parvenir, l’organisme étale ses atouts : des visites de la ville sont organisées en russe par l’OT qui a également édité ses documents en langue cyrillique et rencontré différents tour-opérateurs lors d’un workshop courant mai à Moscou. « Ils recherchent la Méditerranée. On va leur en faciliter l’accès », évoque Jean-Luc Cousquer.

Ce travail en amont, Philippe Saurel, Le maire (DVG) de Montpellier, en revendique aussi la paternité. « Nous avons construit un pont Youri-Gagarine, célébrons la victoire de Stalingrad tous les 2 février, le 8 mai celle du bataillon éternel avec le consul de Russie. Les choses n’arrivent pas par hasard ». La préfecture de l’Hérault a resserré en 2017 ses liens avec sa ville jumelle d’Obnisk, à une heure de train de Moscou.

Déjà 3.000 réservations

Pour la métropole et plus généralement la région, l’enjeu est de taille. « La performance aéroportuaire est au cœur de l’activité des territoires, souligne la présidente Carole Delga (PS). 600 millions de chiffre d’affaires sont générés par l’aéroport en termes de PIB. Un euro investi dans un aéroport génère 160 euros de contribution au PIB national. C’est un effet levier essentiel. »

Des chiffres à valoriser avec une clientèle russe plutôt aisée… 3.000 personnes ont réservé un vol d’ici au 26 octobre. « Selon la compagnie, le taux de remplissage est conforme aux autres ouvertures de ligne. A nous de fidéliser cette clientèle », reprend Jean-Luc Cousquer. Si la prolongation n’est pas officielle, l’opérateur propose déjà des billets pour cet hiver sur son site. Le décollage semble réussi.