Vendée: Trois étudiants exclus de l'ICES après les agressions homophobes

EDUCATION L'institut catholique d'études supérieures a sanctionné treize étudiants ayant reconnu leur participation au saccage de stands LBGT le 18 mai à la Roche-sur-Yon

Frédéric Brenon

— 

L'Institut catholique d'études supérieures (ICES) à la Roche-sur-Yon.
L'Institut catholique d'études supérieures (ICES) à la Roche-sur-Yon. — Google street view

Le conseil disciplinaire de l'Institut catholique des études supérieures (ICES), à la Roche-sur-Yon, a tranché. Ce vendredi, il annonce avoir  décidé d'exclure définitivement deux étudiants suspectés d’avoir participé activement, le 18 mai, au saccage des stands d'un village LGBT installé en centre-ville de la Roche-sur-Yon à l’occasion de la journée mondiale contre l’homophobie. Les agressions, accompagnées d’insultes homophobes, avaient été filmées et diffusées sur les réseaux sociaux. Treize étudiants de l’ICES ont reconnu leur participation.

Neuf étudiants en sursis

Le conseil de discipline de l’établissement a également décidé d’exclure un autre étudiant avec effet immédiat, mais celui-ci aura la possibilité de solliciter une réinscription au bout d’un an.

Par ailleurs, neuf autres étudiants de l’ICES ont écopé d’exclusions avec sursis comprises entre 12 et 24 mois. Ils devront également faire des travaux d’intérêt général. Enfin, un étudiant a reçu un blâme.

Pour se justifier, l’ICES avance « l’impact médiatique indéniable sur la réputation de l’ICES et de son image », le « trouble » causé à ses 1.300 étudiants en période d’examen, le fait d’avoir dérogé à la charte de vie et au règlement intérieur de l’établissement, et, « surtout », la « mission éducative de l’ICES et son engagement à promouvoir la pensée sociale de l’Eglise ».

Un jugement au pénal en juillet

Les ennuis des étudiants mis en cause ne s’arrêtent pas là puisque la justice s’est, elle aussi, saisie de l'affaire. La majorité d’entre eux seront jugés en juillet, par le tribunal correctionnel, pour « entrave à la liberté de réunion et injures en raison de l’orientation sexuelle »