Haute-Savoie: Deux ans de prison pour une jeune femme qui avait étouffé son bébé à la naissance avant de le jeter dans un pré

JUSTICE Prise de panique, la jeune maman avait expliqué aux enquêteurs ne pas savoir qu’elle était enceinte

C.G.

— 

La balance de Thémis, symbole de la Justice. (Illustration)
La balance de Thémis, symbole de la Justice. (Illustration) — Superstock/Sipa

Cinq ans de prison dont trois ans avec sursis ont été prononcés vendredi à l’encontre d’une jeune femme, issue de la communauté des gens du voyage. Agée de 20 ans aujourd’hui, elle était jugée devant les assises de Haute-Savoie, pour avoir étouffé son nouveau-né deux ans plus tôt, et s’être débarrassée ensuite de son corps.

Le corps du petit garçon, encore relié à son cordon ombilical et à son placenta, avait été découvert par des enfants le 21 mai dans un champ. L’autopsie, pratiquée quelques jours plus tard, avait révélé que le nourrisson avait été asphyxié. Sa mère lui avait enfoncé une lingette dans la gorge.

Une jeune fille analphabète et ignorant tout de la sexualité

Interrogée par les enquêteurs, la jeune fille, âgée à cette époque de 18 ans, avait affirmé ne pas savoir qu’elle était enceinte. Prise de violents maux de ventre, elle était sortie de sa caravane pour aller aux toilettes en pleine nuit, précise Le Dauphiné Libéré et avait accouché seule.

Les experts, qui l’ont rencontré en prison, ont dressé le portrait d’une jeune fille « carencée sur le plan intellectuel ». Elle n’a jamais été scolarisée, ne sait ni lire, ni écrire et n’avait jamais entendu parler de sexualité.