«Gilets jaunes»: 12.500 manifestants en France, plus faible participation depuis l'acte 1

MANIFESTATION A la veille des européennes, la mobilisation des « gilets jaunes » contre la politique sociale et fiscale d’Emmanuel Macron continue à s’effriter

VRB avec AFP

— 

Des «gilets jaunes» à Bordeaux le 25 mai 2019.
Des «gilets jaunes» à Bordeaux le 25 mai 2019. — AFP

Le mouvement s’essouffle. Quelque 12.500 « gilets jaunes » ont manifesté ce samedi en France, ce qui marque la plus faible mobilisation depuis le début du mouvement il y a plus de six mois, selon les chiffres du ministère de l’Intérieur.

Pour cet acte 28, 2.100 personnes ont défilé à Paris. Le comptage des autorités est toutefois contesté par les « gilets jaunes », qui ont dénombré de leur côté 35.100 manifestants. La semaine dernière, environ 15.500 personnes avaient manifesté à travers le pays, selon le ministère de l’Intérieur.

Plusieurs manifestations non déclarées

A Paris où 1.000 membres des forces de l’ordre étaient mobilisés pour des contrôles préventifs et 3.000 policiers et militaires dans le cadre du maintien de l’ordre, deux cortèges ont battu le pavé. Une manifestation déclarée a rejoint la butte Montmartre depuis le cimetière du Père-Lachaise. Une autre, non déclarée, a rassemblé une bonne centaine de personnes, défilant sans leur gilet distinctif – un fait inédit – à l’appel de plusieurs figures du mouvement, dont Eric Drouet.

Partis de l’ouest de la capitale, ces manifestants ont joué au chat et à la souris avec les forces de l’ordre avant de rallier la place de la République où, en fin d’après-midi, une trentaine de personnes ont jeté des projectiles sur les forces de l’ordre, qui ont répliqué avec des grenades lacrymogènes. Vers 19 heures, quelques dizaines de manifestants ont ensuite bloqué une partie de la place de la Bastille à l’aide de barrières de chantier, rapidement enlevées par la police.

La préfecture de police de Paris a recensé un total de 7.244 contrôles préventifs et 237 interpellations.

Des « gilets jaunes » s’invitent chez Macron

A Amiens, ville natale du président de la République, les manifestants s’étaient dits déterminés à « aller chercher Macron chez lui » en « prenant » sa ville. Entre 1.200 personnes, selon la préfecture, et 2.000 selon les organisateurs, ont défilé dans une ambiance globalement festive, malgré quelques jets de projectiles et de grenades lacrymogènes.

A Montpellier où environ 950 personnes ont défilé dans le calme, une banderole, en tête de cortège, interpellait le gouvernement : « Bloquons Blanquer, Castagnons Castaner, Matons Macron ». Lyon a aussi réuni « gilets jaunes » et militants de la cause climatique, comme à Nantes où jusqu’à 500 personnes ont défilé, selon la police.