Bretagne : Les collectivités abandonnent Google au profit de Qwant

INTERNET Le moteur de recherche français sera installé par défaut sur les ordinateurs de milliers d’agents et d’élus

Jérôme Gicquel

— 

Le moteur de recherche français Qwant a été lancé en 2013.
Le moteur de recherche français Qwant a été lancé en 2013. — ROMUALD MEIGNEUX/SIPA

Tremble Google ! Le géant américain de l’Internet n’est plus en odeur de sainteté en Bretagne. Quatre collectivités bretonnes (la région Bretagne, le département d’Ille-et-Vilaine, Rennes Métropole et la ville de Rennes) viennent en effet d’annoncer qu’elles abandonnaient Google au profit de son concurrent Qwant.

Dans les prochaines semaines, le moteur de recherche français sera installé par défaut sur les postes informatiques de la dizaine de milliers d’agents et d’élus qui travaillent dans ces collectivités. En signant ce partenariat avec Qwant, les élus bretons entendent ainsi montrer leur désapprobation avec la politique de Google sur sa gestion des données personnelles.

« En faisant confiance à un acteur français du numérique, nous souhaitons proposer une solution garantissant la souveraineté des données et le respect de la vie privé », indique Laurent Hamon, conseiller municipal à la ville de Rennes chargé des usages numériques.

Qwant arrive aussi dans les écoles, collèges et lycées

En septembre 2017, la capitale bretonne avait déjà décidé d’installer Qwant Junior dans les écoles pour protéger les élèves « d’une exposition à des contenus inappropriés sur Internet ». Il en sera de même à la rentrée dans les collèges et lycées bretons.

Lancé en 2013 avec la promesse de respecter la vie privée de ses utilisateurs et de ne pas vendre leurs données personnelles, le moteur de recherche français Qwant a enregistré le mois dernier 100 millions de visiteurs uniques.