Fête des mères: A Montpellier, dans les coulisses du dernier producteur de fleurs coupées de l'Hérault

REPORTAGE A Mauguio, près de Montpellier, Les Fleurs du Péras sont l’unique exploitation de fleurs coupées de l’Hérault. Leur renommée est importante dans le sud de la France

Jerome Diesnis

— 

Julien (à g.) et Antoine Fernandez au milieu des premières pivoines stockées sur leur site des Fleurs du Péras à Mauguio, près de Montpellier.
Julien (à g.) et Antoine Fernandez au milieu des premières pivoines stockées sur leur site des Fleurs du Péras à Mauguio, près de Montpellier. — Jérôme Diesnis / Agence Maxele Presse
  • Lorsqu’ils ont repris en 1995 l’activité de leur père, qui était davantage maraîcher qu’horticulteur, les frères Fernandez devaient faire face à une forte concurrence.
  • Ils sont les derniers producteurs de l’Hérault. « Un métier noble mais exigeant. Quand quelqu’un arrête, il est rare que d’autres prennent sa succession ».
  • A quelques jours de la Fête des mères, c’est l’effervescence dans l’entrepôt où sont préparés tournesols, lys, statices, godetias et les premières pivoines que viennent chercher les fleuristes. Cet hiver, 300.000 bulbes de tulipes ont été produits.

A moins d’une semaine de laFête des mères, c’est l’effervescence à Mauguio, dans le local des Fleurs du Péras. A tour de rôle, les fleuristes viennent chercher les compositions florales. « La fête des mères représente 20 % de notre activité annuelle sur une semaine », détaille Julien Fernandez.

Avec son frère Antoine, ils sont à la tête d’une exploitation familiale pas comme les autres. A Mauguio, dans les vastes plaines maraîchères, Les Fleurs du Péras sont l’unique exploitation de fleurs coupées de l’Hérault.

« Un métier noble mais exigeant »

Les tulipes au cœur de l’hiver (environ 300.000 bulbes ont été produits cette année), les pivoines dans un mois (les premières variétés sont à floraison), les tournesols, les lys, les statices ou les godetias actuellement… Toutes ces variétés – elles sont une vingtaine à l’année – se retrouvent chez des fleuristes du sud-ouest de la France, de Bordeaux à Perpignan, ou distribuées par des grossistes de Nancy ou encore Lyon. Et, chaque dimanche, sont en vente directe au marché de Mauguio.

En 1995, Antoine et Julien Fernandez ont repris l’activité familiale. Leur père produisait alors également des fruits. « On a décidé de se consacrer uniquement aux fleurs. » A l’époque, la concurrence était forte. De la dizaine d’entreprises spécialisées, il ne reste plus qu’eux. « Quand quelqu’un arrête l’activité, personne ne reprend derrière. C’est un métier noble, mais très exigeant, reprend Julien Fernandez. Il ne faut pas compter ses heures, la production est très aléatoire, en fonction du climat, Mais c’est un métier formidable. La pivoine est par exemple un produit vivant et passionnant. Elle garde une part de mystère. Chaque plant se comporte différemment »

Labellisées « Sud de France », Les Fleurs du Péras sont régulièrement mises à l’honneur lors d’événements majeurs. « Les tournesols lancés [le 8 juin à Toulouse] lors de la Gay Pride viennent de chez nous », sourit Antoine Fernandez. « Avec la tulipe et la pivoine, elle représente une part très importante de notre production ».

Le marché aux fleurs de Rungis sait déjà celles que vous offrirez à la fête des mères