VIDEO. Nantes: Accident mortel, pompiers, procès... Opération de prévention d'ampleur pour 350 ados

SÉCURITÉ ROUTIÈRE Une grosse opération de prévention était organisée ce mercredi à Nantes

Julie Urbach

— 

Une simulation d'accident a eu lieu mercredi matin à Nantes
Une simulation d'accident a eu lieu mercredi matin à Nantes — J. Urbach/ 20 Minutes

Plutôt que d’aller en cours, ils ont passé toute la matinée sur le parking Ranzay, puis dans la grande salle du même nom, transformée en palais de justice. Ce mercredi, près de 350 adolescents de la région nantaise ont participé à une opération de sécurité routière d’ampleur. Pendant une heure et demie, ils ont d’abord assisté à la reconstitution d’un accident de la route, impliquant une voiture ayant percuté un scooter. Le bilan est lourd : les deux conducteurs sont blessés et le passager du deux-roues n’a pas survécu au choc.

Arrivée des pompiers, travail d’enquête de la police, désincarcération d’une victime… Toutes les étapes sont décrites avec précision. Des rires éclatent quand le garçon jouant la personne décédée bouge un peu. Mais l’ambiance se fait plus pesante lorsqu’un ancien maire prend la parole pour témoigner de « l’épreuve » que représente l’annonce d’un décès à la famille.

Consommation d’alcool et de stupéfiants

Deux heures plus tard, les deux blessés sont sur pied… mais sur le banc des prévenus, dans la fausse salle d’audience du tribunal correctionnel reconstituée pour l’occasion. De vrais avocats et magistrats nantais se sont déplacés pour cette audience particulière. « Conduire sous l’emprise de l'alcool est un délit », rappelle le président à la conductrice de la voiture, accusée d’homicide involontaire. On apprend que cette dernière a grillé un stop et a pris la route, ivre, malgré la suspension de son permis.

« C’était très bien fait, c’est important de prendre le temps pour que l’on se rende bien compte », assure un jeune homme après l’énoncé des peines (prison ferme pour la conductrice de la voiture, sursis pour le jeune cyclomotoriste, qui avait consommé des stupéfiants et débridé son deux-roues). Selon la préfecture, 44 % des tués sur les routes de Loire-Atlantique, en 2018, sont âgés de moins de 30 ans.