Nantes: Après les Floralies, les végétaux exposés s'arrachent à prix réduits

BRADERIE Ce lundi matin, au parc des expos à Nantes, les exposants des Floralies ont mis en vente de nombreuses fleurs et plantes

Julie Urbach

— 

Pour évacuer les végétaux, les Floralies organisaient une braderie ce lundi
Pour évacuer les végétaux, les Floralies organisaient une braderie ce lundi — J. Urbach/ 20 Minutes
  • La 12e édition des Floralies a fermé ses portes dimanche soir.
  • Une grande braderie a eu lieu ce lundi matin afin que les exposants repartent avec le moins de marchandise possible.

Ils sont venus avec leur cabas, brouettes, et ont même loué un camion pour certains. Ce lundi, alors que la 12e édition des Floralies a pourtant fermé ses portes dimanche soir, il y a toujours beaucoup de monde dans les allées du parc des expos de la Beaujoire à Nantes. Comme le veut la tradition, une grande braderie de végétaux, ceux-là mêmes qui étaient exposés dans cet « immense jardin éphémère », est organisée à destination du grand public toute la matinée. « On a mis des prix au ras des pâquerettes pour ne pas avoir à repartir avec ! », assure cette fleuriste avec le sourire, en plus d’avoir le sens de la formule.

Azalées à 5 euros, yuccas à 15, petits pots divers à 2, fougères suspendues… c’est vrai qu’il y a vraiment de bonnes affaires. Sur les stands, où les tableaux soignés sont désormais défigurés par de gros trous, on joue des coudes. Et les premiers arrivés, dès 9h30, sont les premiers servis. « En une heure, on a déjà vendu les trois quarts de nos 250 rosiers (15 euros pièce), se félicite Marc Simon, de la pépinière de la Guérinais près de Rennes. Heureusement, car les ramener n’est pas très intéressant pour nous : on pourrait le faire mais il faudrait ensuite qu’on les retaille très courts, qu’on mette de l’engrais… Ils ne fleuriront que début juillet et ce sera trop tard pour nos clients ! »

Plantes comestibles et gratuites

Pour les exposants qui viennent d’encore plus loin, cette vente semble leur retirer une vraie épine du pied. « Plus de 800 km en camion, ce n’est pas une bonne idée pour nos plantes », indique Hans Martin Derow, qui a décidé de céder gratuitement ses 400 choux, salades, ou autres plantes comestibles, avant de repartir pour Sarrebrück, en Allemagne. Un peu plus loin, ces fleuristes de Taïwan espèrent se séparer au plus vite de leurs 200 magnifiques orchidées. « On a déjà payé cher pour les acheminer par avion, explique-t-on en anglais. Les fleurs pourraient survivre mais c’est vraiment trop compliqué de les ramener avec nous. Il faut remplir plein de documents… Très honnêtement ça ne vaut pas le coup. »

Avec un billet d’entrée à 5 euros, ce n’est pas ce que se disent les visiteurs venus ce lundi. Si la vente était ouverte à tous, on retrouve une majorité de particuliers, venus faire le plein pour leur jardin ou véranda. Philippe, qui avait visité les Floralies cette semaine « pour faire du repérage », repart à la Chapelle Basse-Mer avec plusieurs plantes grasses, agaves ou aloé véra. Bruno, 62 ans, semble aussi satisfait. « Comme il y a cinq ans, j’ai pris une demi-journée exprès pour ça, sourit-il. J’ai acheté des rhododendrons, des blettes, des fraisiers, et même plusieurs plantes dont j’ai complètement oublié le nom. »

D’autres fleurs rentrent chez elles

Si une bonne partie des végétaux a trouvé preneur (même si c’était un peu plus difficile pour les grosses pièces, comme ce palmier à 650 euros), d’autres fleurs s’apprêtent à rentrer chez elles. Sur le stand de la commune de Saint-Jean-de-Monts (Vendée) par exemple, tous les végétaux et éléments de décor seront récupérés et replantés en ville, indique-t-on.

D’autres, comme la collection d’orchidées du Jardin du Luxembourg (qui ne se déplace que quelques fois dans l’année) retrouveront leurs serres. « On les cale avec du papier de soie et on les emballe pour éviter les courants d’airs, détaille Baptiste Etienne, responsable adjoint des serres. C’est une vieille collection de 180 ans donc malheureusement, et même si on nous l'a demandé ce matin, on ne peut rien mettre en vente ! »

Pour évacuer les végétaux, les Floralies organisaient une braderie ce lundi
Pour évacuer les végétaux, les Floralies organisaient une braderie ce lundi - J. Urbach/ 20 Minutes