Bug de Parcoursup: «Ce que je reproche à la plateforme, c’est de m’avoir fait espérer pendant deux jours», confie Emma

VOUS TEMOIGNEZ «20 Minutes» a interrogé ses lecteurs sur le bug qui a conduit de nombreux candidats de Parcoursup à recevoir à tort des réponses favorables à leurs vœux

Delphine Bancaud

— 

La plate-forme Parcoursup a connu un bug la semaine dernière.
La plate-forme Parcoursup a connu un bug la semaine dernière. — Lionel BONAVENTURE / AFP
  • Les nombreux témoignages que 20 Minutes a reçus relatent l’ascenseur émotionnel ressenti par les jeunes, qui ont reçu à tort une réponse favorable à leur vœu d’orientation, en raison d’un bug de la plateforme.
  • Certains ont aussi eu la déconvenue de voir leur rang dans la liste d’attente bouger ensuite dans le mauvais sens.
  • D’où une certaine méfiance vis-à-vis de Parcoursup exprimée par nombre d’entre eux.

Une douche froide. Mercredi et jeudi derniers, de nombreux candidats de Parcoursup ont reçu à tort des réponses favorables à leurs voeux d'études supérieures. Un bug dû à des « erreurs de paramétrage » dans quelque 400 formations, selon la ministre de l’Enseignement supérieur, Frédérique Vidal. Tout est rentré dans l’ordre vendredi, car la plateforme a été remise en service. 20 Minutes a interrogé ses lecteurs pour savoir comment ils avaient perçu ce bug.

Nous avons reçu  plus de 300 témoignages de candidats furieux et inquiets, à l’instar de Léa : « Alors que mes vœux ont tous été admis mercredi soir, j’ai organisé une fête surprise pour mes parents, qui se réjouissaient de mon entrée en école de commerce. Puis, lorsque je me suis connectée sur ma boîte mail Parcoursup, je me suis aperçue que finalement, j’étais sur liste d’attente pour l’intégralité de mes vœux. C’était donc un véritable faux espoir », confie-t-elle. Natty décrit cet épisode comme « un ascenseur émotionnel abominable : passer de la joie, aux larmes de tristesse ». Zinab a, elle aussi, réagi vivement à la mauvaise nouvelle : « Le 15, j’étais super contente quand j’ai vu le "oui" pour l’université que je voulais, et je l’avais dit à tous mes proches. Ensuite, j’ai appris que j’étais en attente partout. J’étais en cours et je n’ai pas pu y rester jusqu’au bout. J’étais trop perturbée par ce bug ».

« Je suis passé de 1er à 1.714 ème » sur liste d’attente

Et la colère est à la hauteur de l’investissement que les lycéens ont mis dans leur procédure d'orientation, comme le montre Mathilde : « Nous préparons nos dossiers depuis septembre, nous travaillons pour avoir les meilleurs bulletins, donc les fausses joies, merci, mais non merci ». « Ce que je reproche à Parcoursup, c’est de m’avoir fait espérer pendant deux jours. Tout aurait été différent si j’avais été dès le début sur liste d’attente », renchérit Emma.

En plus de constater que son vœu était mis en attente, Thibault a eu la surprise de se voir rétrograder dans la liste au cours de la journée : « J’ai été accepté mercredi soir dans une prestigieuse école d’arts appliqués sur Paris : j’étais hyper fier et j’ai accepté ce choix tout de suite. Le lendemain, je refusais ma place dans des écoles privées hors Parcoursup pour libérer des places. Tout était fait, plus qu’à avoir le bac, j’étais motivé pour ! Puis vendredi, j’ai reçu une notification de Parcoursup m’annonçant qu’il y avait eu erreur et que j’étais sur liste d’attente, sans plus de détails. Et la plateforme était bloquée. J’ai essayé d’appeler le numéro vert toute la journée, rien… J’étais dégoûté à en pleurer. J’ai envoyé deux mails via Parcoursup : rien. Je comprends que Parcoursup va faire la mise à jour à 12h30. Je vais voir et je suis premier sur liste d’attente. Puis à 15h30, je retourne vérifier mon numéro, et je constate que je suis 22e… J’étais dégoûté de nouveau. Là, c’est foutu pour cette école. Et je suis en plein dans les oraux du bac… A quoi bon ? », soupire-t-il. Pour David, d’abord accepté en licence de droit à la Catho de Paris, la dégringolade a été encore plus vertigineuse dans la liste d’attente : « Je suis passé de 1er à 1.714 ème », explique-t-il.

« Je me suis mise en colère et j’ai pleuré »

Certains candidats se sont sentis démunis face au peu d’informations qu’ils avaient sur le problème, à l’instar d’Ariane : « Le mercredi à 19 heures, je vois que j’ai été acceptée dans l’école d’art que je souhaitais : joie intense, je valide mon vœu et renonce aux autres écoles. Le vendredi matin, j’apprends que finalement, je suis en liste d’attente. Triste et furieuse, ma mère et moi essayons d’appeler Parcoursup : cinq tentatives, aucune réponse. J’ai essayé de contacter l’école : pas de réponse, car évidemment, c’est un vendredi et les cours ne reprennent que le lundi ». Et pour d’autres, la froideur du message qui leur annonçait le bug est mal passée : « Dans ce mail, aucun mot d’excuse. Rien. Écœurée, je me suis mise en colère et j’ai pleuré », confie Juliette.

Et pour certains qui n’étaient déjà pas dans les meilleures prédispositions pour obtenir une formation de leur choix, la désillusion est encore plus violente, à l’instar de Bobby : « J’ai demandé des formations de design et mercredi, la seule qui m’ait accepté, c’est celle qui est dans ma ville, donc j’étais super content ! Je suis en réorientation, donc ce n’est pas évident. J’étais clairement dégoûté et en colère après l’équipe de Parcoursup, maintenant, je suis 76e sur la liste d’attente ! », s’exclame-t-il. Cette mésaventure a aussi meurtri Cécile, qui est dans la même situation et se retrouve sur liste d’attente partout : « J’ai été bouleversée, car je suis en réorientation, donc à la maison depuis cinq mois ».

« Je ne fais plus confiance à la plateforme »

Et malgré les explications de Frédérique Vidal et ses paroles rassurantes, la suspicion envers la plateforme demeure chez beaucoup, même quelques jours après le bug : « Je ne fais plus confiance à la plateforme et je pense ne plus me connecter jusqu’à ce que je reçoive un message me confirmant réellement qu’un de mes vœux a été accepté », s’insurge Maeva. La crainte d’une nouvelle défaillance est ainsi redoutée. « Vivement la fin, nos petits cœurs auront du mal à supporter une nouvelle défaite ainsi qu’un autre bug », prévient Noémie. « C’est hyper douteux, du coup, il y a toujours le risque qu’il y est un autre bug et que ça ne remarche plus », estime Maxime.

Certains messages ne sont pas tendres envers la ministre de l’Enseignement supérieur, Frédérique Vidal, comme celui d’Aloys : « Je ne sais plus quoi faire, qui croire : la ministre ? Non : lorsqu’elle a annoncé que le bug était révisé vendredi, j’étais premier de la liste d’attente, elle n’est donc visiblement pas plus compétente que les joyeux lurons qui sont à l’origine de cette catastrophe ». « Au début j’étais effondrée, mais aujourd’hui, je suis extrêmement en colère ! En plus, j’ai lu que la ministre avait dit que de toute façon, on n’était pas censé être pris dans les formations et que maintenant tout était normal. Donc c’est parfait », fulmine Salomé.

« Nos enfants ne sont pas des machines »

Quant aux parents, beaucoup font part de leur colère : « Quelle situation inacceptable pour tous ces jeunes… Ce stress a un mois du bac », résume Sandrine. « Je dois remonter le moral de ma fille. Ses rêves sont brisés ! En espérant qu’elle trouve sa voie », s’insurge aussi Bénédicte. « Le plus marquant dans cette histoire est la gestion de l’humain… Nos enfants ne sont pas des machines, ils ont des sentiments, des états d’âme. Bref, ce sont des humains », ajoute Cyril. Et le retour en grâce de la plateforme risque d’être difficile, à en croire Laurent : « Avant ce jour, je n’avais pas d’avis sur les "qualités" de l’outil mis en œuvre et déployé par l’Education nationale. Aujourd’hui, je suis scandalisé de voir que de telles erreurs existent ».

Quelques rares parents, à l’instar de Raphaël, envisagent même d’exprimer leur mécontentement autrement : « Je n’exclus pas de poursuivre le ministère en justice afin d’obtenir gain de cause et réparation pour les dommages psychologiques affligé à ma fille ». Mais quelques parents restent des défenseurs de Parcoursup : « Je trouve que c’est très bien, car ça permet d’accélérer le système et de recevoir plus vite de nouvelles propositions. Parcoursup est plus juste que le système précédent APB. Même avec des bugs, je dis bravo à Parcoursup », avance l’un d’eux.