Les députés votent la possibilité de dédier des voies et places de parking aux véhicules propres

PARTICULES FINES Ces voies seront réservées aux transports en commun, taxis, covoiturage et véhicules à très faibles émissions

20 Minutes avec AFP

— 

Des emplacements réservés aux voitures électriques à Paris (image d'illustration).
Des emplacements réservés aux voitures électriques à Paris (image d'illustration). — A. GELEBART / 20 MINUTES

Les députés ont voté dans la nuit de jeudi à vendredi la possibilité de dédier des voies et emplacements de stationnement à des véhicules propres. Le groupe d’opposition LR y voit une « discrimination » par l’argent.

Lors de l’examen en commission du projet de loi d’orientation des mobilités, les députés ont donné leur aval d’une part pour « permettre aux maires de réserver certains emplacements sur les voies aux seuls véhicules à très faible émission », sur proposition de la majorité. Ils ont, d’autre part, permis de dédier des « voies réservées sur les routes nationales et les routes départementales hors agglomération » pour transports en commun, taxis, covoiturage et véhicules à très faibles émissions.

La réinvention de « la voie royale »

En matière de lutte contre la pollution de l’environnement, « il est vraiment important de booster les ventes de véhicules à très faible émission » afin que ces véhicules puissent « se développer » et générer un marché de « seconde main », a souligné la coraporteuse du texte, Bérangère Couillard (LREM), à l’initiative des deux amendements adoptés. « Vous êtes en train de réinventer la voie royale », a critiqué Jean-Marie Sermier (LR), en évoquant le cas de Français, notamment des jeunes, qui « n’auront pas la capacité d’acheter des véhicules propres ».

« Même si je partage votre objectif d’accélérer la transition (vers des véhicules plus propres), vous êtes en train d’alourdir une discrimination entre les différentes catégories de citoyens », ceux qui pourront acquérir d’emblée ces véhicules et ceux qui « devront attendre plusieurs années », a renchéri sa collègue Valérie Lacroute (LR).

Autopartage et covoiturage

« Il ne faut pas caricaturer », a répliqué la ministre des Transports Elisabeth Borne, en se félicitant de mener « une politique complète » et « cohérente ». Ces mesures sont destinées « aux usagers des transports publics et ceux utilisant du covoiturage, qui ne sont pas nécessairement des riches ». Elles s’adressent aussi « aux propriétaires » ou « aux utilisateurs » de ces véhicules propres, a-t-elle expliqué, évoquant la possibilité de faire de « l’autopartage ».

La commission développement durable de l’Assemblée a adopté un autre amendement de la coraporteuse clarifiant le fait que les voies réservées peuvent être ouvertes aux taxis mais pas aux VTC, pour « éviter un encombrement trop important de ces voies ».