«Ça ne peut pas aller à tout le monde», la coupe mulet a son premier festival européen en Belgique

MODE Très en vogue dans les années 1990, cette coupe de cheveux légendaire pourrait bien redevenir à la mode

Mikael Libert

— 

La légendaire coupe mulet d'André Agassi dans les années 1990.
La légendaire coupe mulet d'André Agassi dans les années 1990. — N.TAVERNIER / SIPA
  • Le festival de la coupe mulet se tient samedi, en Belgique.
  • Un style de coiffure rare de nos jours après avoir été à la mode dans les années 1990.
  • Les organisateurs y voient davantage une affirmation de soi qu’une recherche d’esthétisme.

Un ovni capillaire. Samedi, à Boussu, petit village belge situé à quelques kilomètres de la frontière française, aura lieu le premier Festival européen de la coupe mulet. Un style de coiffure que les moins de 40 ans ne connaissent sans doute pas, celui-ci étant devenu aussi rare que les endroits sans plastique dans l’océan. Pourtant, les organisateurs de l’événement l’affirment : « le mulet revient en force ».

« Esthétiquement, ce n’est pas ce que l’on fait de mieux »

On ne va pas se mentir, c’est en ricanant que nous avons appris le projet de nos voisins belges de monter le premier Festival européen de la coupe mulet. Mais ça, c’était avant de contacter Damien Hubert, l’un des organisateurs de l’événement. « Esthétiquement, ce n’est pas ce que l’on fait de mieux comme coupe de cheveux, concède-t-il. Pour autant, le mulet a une véritable charge symbolique. C’est une manière de s’affirmer, d’être libre. »

Dans le patois belge, c’est l’expression « dewanne » qui caractérise le mieux les porteurs du mulet : « ce mot évoque ce qui va au-delà de la norme, du code, de la convention et qui a un petit grain de folie », assure Damien Hubert. C’est sans doute pour cela que le port du mulet n’a jamais été vraiment répandu : « C’est un phénomène cyclique et un peu marginal », reconnaît-il. Pourtant, de nombreuses stars ont porté la coupe mulet. Le premier a l’arborer a été Rod Stewart, en 1971, suivi par Paul McCartney, David Bowie, André Agassi, Jean-Claude Vandamme et même Brad Pitt. Dans le Pas-de-Calais, le mulet le plus célèbre reste le footballeur Tony Vairelles.

« Certains coiffeurs refusent de pratiquer le mulet »

Verra-t-on sortir dans les rues pléthore de mulets après le festival ? « Personne ne me demande cette coupe et je ne me souviens pas avoir vu quelqu’un porter cela récemment », confie à 20 Minutes un coiffeur du centre-ville de Lille. « Je n’ai qu’un client coiffé comme cela. Ce n’est pas ringard mais il faut reconnaître que ça ne peut pas aller à tout le monde », assure-t-on dans un autre salon Lillois. Damien Hubert, lui, affirme que « certains coiffeurs refusent de pratiquer le mulet », ce dont se défendent les deux professionnels que nous avons interrogés.

Alors, même si le mulet reste à la marge, on ne peut pas nier son existence. La meilleure preuve étant l’intérêt que suscite l’événement. « Le site du festival peut accueillir 3.500 personnes et nous sommes déjà presque au complet », assure Damien Hubert, et cela malgré un tarif d’entrée fixé à 9 euros en prévente.