Parcoursup: Stress, joie, déception... Les premiers résultats sont tombés

ETUDES Le site Internet a parfois été saturé mais il a globalement tenu, mercredi

20 Minutes avec AFP

— 

Un lycée consulte le portail Parcoursup (illustration).
Un lycée consulte le portail Parcoursup (illustration). — Franck Lodi/Sipa

Roulement de tambour… Tel un empereur romain, Parcoursup a rendu ses premières réponses vers 19h, mercredi. Pouce haut ou bas, quelque 900.000 inscrits se sont connectés, saturant parfois le site Internet. De nombreux lycéens se sont tournés vers Twitter pour exprimer leur frustration, mais aussi leur joie ou leur déception.

« Eh mais les gars qui ont vu leurs vœux, faites de la place ! », implorait@Nes_anb sur Tweeter. « J’ai la haine, c’est saturé ! », s’agaçait@Brams_Vln.

Mais beaucoup disaient aussi avoir pu se connecter – parfois par intermittence – et visualiser les réponses. Pour le moment, la plateforme n’est accessible que pour la consultation : les candidats, lycéens de terminale, étudiants en réorientation et adultes en reprise d’études, ne peuvent pas répondre tout de suite aux propositions. Du 15 au 19 mai, les inscrits ont cinq jours (J + 4) pour accepter, refuser ou placer « en attente » la ou les propositions reçues, un délai ramené à trois jours à partir du 20 mai.

Montagnes russes émotionnelles

A Toulouse, Pablo, 17 ans, en terminale S option sciences de l’ingénieur (SSI), se dit « soulagé ». Il s’est connecté au site Parcoursup dès 18H50, « ça ne marchait pas, j’ai téléchargé l’application et là j’ai vu », raconte-t-il. « Quelques oui, des listes d’attente, pas de non » pour ses vœux en écoles d’ingénieurs, DUT et licence générale à l’université de Toulouse.

Seul problème, il a du mal à évaluer ses chances d’intégrer l’école qu’il préfère en raison d’une présentation « confuse » des rangs de classement. Élève parfois distrait, il estime toutefois que ces réponses le motivent encore plus pour les révisions du bac.

Rayna, 17 ans, en terminale bac pro transport dans un lycée polyvalent de l’Est parisien, est « un peu surprise » par les réponses reçues : « J’avais fait dix vœux et cinq sous-vœux pour des DUT et BTS en transport et logistique et j’ai une seule réponse positive. Je m’attendais à au moins trois “oui” ».

Surtout, certaines formations n’ont, selon elle, communiqué aucune réponse à ses vœux. « J’étais confiante » et au final « je suis un peu déçue », dit la jeune fille, qui espère obtenir de nouvelles réponses dès jeudi matin.

Les résultats actualisés chaque jour

Déception aussi pour Maëlys, en terminale S à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine). Sur neuf vœux dans des licences de chimie-biologie ou SVT à Paris et en région parisienne, elle n’a pour l’instant aucun « oui ». « Je suis ''en attente'' partout », raconte-t-elle. « Je m’attendais plus ou moins à ça car je n’ai pas eu d’excellents résultats au dernier trimestre », reconnaît-elle, tout en jugeant ces réponses « un peu frustrantes ». Point positif : « On peut connaître son rang sur liste d’attente et je suis dans les 700e en général ». « J’aurais bien aimé avoir au moins un vœu mais je me dis que ça va bouger vite », conclut-elle, confiante.

Comme l’an dernier, et contrairement au dispositif précédent (APB), Parcoursup fonctionne « au fil de l’eau ». La plateforme est actualisée chaque jour, avant la journée de classe, les propositions refusées par des candidats étant immédiatement réintroduites dans le système pour être proposées à d’autres. En attendant, il reste l’humour et les GIF de « Malcolm in the Middle ».