Grossophobie: Un défilé littéraire à Paris pour dénoncer les discriminations

BODY SHAMING Des femmes en surpoids défileront dans la librairie Tschann, dans le 6e arrondissement de Paris, ce dimanche sur les mots du roman «La femme de l'autre côté du miroir» pour dénoncer les discriminations qui visent les personnes obèses

Juliette Desmonceaux

— 

La mannequin Tess Holliday. (Illustration)
La mannequin Tess Holliday. (Illustration) — Jordan Strauss/AP/SIPA
  • Ce vendredi, c'est la dixième édition de la journée européenne de l’obésité.
  • Dénoncées par certaines associations, la grossophobie désigne l’ensemble des remarques stigmatisantes et des comportements discriminatoires à l’égard des personnes en surpoids.
  • Pour lutter contre ces comportements, Daphné Leportois et Catherine Grangeard, auteurs du roman La femme de l’autre côté du miroir dont la grossophobie est le sujet central, organisent un défilé littéraire dans la librairie Tschann (6e arrondissement).

« Fais attention à ce que tu manges », « fais gaffe à ton poids », etc. Pour Amandine Teteya, présidente de Cosmo Plus, une association qui aide les femmes rondes à prendre confiance en elles, ces commentaires désobligeants sont monnaie courante. « Ce n’est pas fait par méchanceté, mais à l’adolescence, où le corps se construit, ça crée des complexes », explique-t-elle. Des petites remarques au quotidien sur les kilos en trop aux discriminations pour trouver un emploi, on parle de grossophobie.

Pour dénoncer ce phénomène et à l’occasion de la journée européenne de l’obésité ce vendredi, un défilé littéraire, dont Cosmo Plus est partenaire, est organisé dimanche prochain à la librairie Tschann, dans le 6e arrondissement de Paris. Des femmes rondes défileront à partir de 16 heures, pendant que les auteurs de La Femme qui voit l’autre côté du miroir (éd. Eyrolles) liront à voix haute des extraits de leur roman sur le parcours d’une jeune femme complexée par son poids.

« On peut avoir un corps différent et avoir confiance en soi »

Mettre en place un défilé n’est pas un choix anodin pour les deux romancières, à l’origine de l’événement. « L’idée est d’organiser un défilé de mode classique avec des modèles qui ne le sont pas. Ça va permettre de montrer qu’on peut avoir un corps différent et avoir confiance en soi », affirme Daphnée Leportois, journaliste et coauteur de l’ouvrage.

Pour accompagner le cortège de jeunes femmes, majoritairement constitué de mannequins grande taille, mais aussi de membres de l’association Cosmo Plus, Daphnée Leportois et Catherine Grangeard liront des extraits de La femme de l’autre côté du miroir. C’est « un feel-good book [un livre pour se sentir bien] » selon la journaliste, « nourri de plus de vingt ans d’expérience auprès de personnes en surpoids ».

Car Catherine Grangeard, autre coauteur du livre, est psychanalyste spécialisée en obésité. Après avoir écrit deux essais sur le sujet, elle veut toucher un public plus large. D’où l’idée d’un roman écrit à quatre mains avec Daphnée Leportois. On y suit les difficultés au quotidien d’une femme de 25 ans complexée par son poids au plus près de ses questionnements intérieurs. « Ça permet aux lecteurs de s’identifier au mieux à l’héroïne », explique la psychanalyste.

L’objectif du défilé est aussi de faire prendre conscience à toutes les personnes présentes que les injonctions sur le poids pèsent sur tous et donnent une vision biaisée de notre propre corps. « L’image de soi ne naît pas de ce qu’on voit dans le miroir, mais des remarques qu’on reçoit » affirme Catherine Grangeard.

Selon une enquête de l’OCDE, 15 % de la population était obèse en France en 2017.