«Ne me vieillissez pas»… Cette remarque de Patrick Balkany qui a exaspéré son avocat, Eric Dupond-Moretti

JUSTICE La séquence tendue entre le maire de Levallois et son avocat, Eric Dupond-Moretti, s’est déroulée devant les caméras à la sortie de l’audience, lundi, premier jour du procès du couple Balkany

Fabrice Pouliquen

— 

Patrick Balkany et son avocat Maître Dupond-Moretti sortent du tribunal de grande instance de Paris apres une premiere journee d'audience pour le proces des epoux Balkany, a Paris, France, le 13 mai 2019. //ACAU_ACAU0513/1905140552/Credit:ACau/SIPA/1905140553
Patrick Balkany et son avocat Maître Dupond-Moretti sortent du tribunal de grande instance de Paris apres une premiere journee d'audience pour le proces des epoux Balkany, a Paris, France, le 13 mai 2019. //ACAU_ACAU0513/1905140552/Credit:ACau/SIPA/1905140553 — ACau/SIPA

Visiblement, l’entente n’est pas optimale entre Patrick Balkany et son avocat, Eric Dupont-Moretti, alors que le procès du maire de Levallois et de son épouse, pour fraude fiscale, commence tout juste.

Lundi, une scène cocasse a été captée par les caméras des journalistes, à l’issue de la première journée du procès et alors que le tribunal venait de rejeter la demande de renvoi du procès des époux Balkany. Eric Dupond-Moretti voulait profiter des caméras, à la sortie de l’audience, pour regretter le rejet de sa demande de renvoi du procès, en insistant notamment sur l’état psychologique et physique d’Isabelle Balkany qui l’empêche d’être présente.

« Ne me vieillissez pas. 70, ça me suffit »

« Madame Balkany est dans un état psychologique très fragile, c’est incontestable. Son mari, qui a 71 ans, il l’a découvert inanimée, il la pensait morte, a commencé l’avocat, avant d’être coupé par son client. « 71 ans bientôt, ne me vieillissez pas. 70, ça me suffit. » De quoi provoquer quelques rires dans l’assistance et casser le discours d’Eric Dupond-Moretti qu’il voulait grave.

Ce dernier n’a pas caché son agacement. Il s’ensuivit une petite mise au point entre les deux hommes. Une séquence tendue qu’a conclue sèchement Patrick Balkany : « Allez, faites votre déclaration. »