Quelle est donc cette crise du sucre qui frappe de plein fouet la France?

AGRICULTURE C’est une crise qui ressemble à celle du lait en 2015. La fin des quotas sur la production de sucre en Europe et de très bonnes récoltes ces deux dernières années ont exposé les betteraviers français à une chute du cours mondial du sucre. A quel point est-ce grave ?

Fabrice Pouliquen

— 

Des betteraviers français manifestent devant l'ambassade d'Allemagne, le 7 mai 2019, pour s'opposer à la fermeture de deux sucreries que projette en France le groupe allemand SüdZucker.
Des betteraviers français manifestent devant l'ambassade d'Allemagne, le 7 mai 2019, pour s'opposer à la fermeture de deux sucreries que projette en France le groupe allemand SüdZucker. — AFP
  • Jamais le prix du sucre n’a été aussi bas. Par extension, le prix de la betterave à sucre cultivée par des agriculteurs français suit la même trajectoire.
  • Aux sources de la crise ? D’abord la suppression des quotas sucriers dans l’Union européenne en 2017, qui permet aux acteurs européens de vendre autant de sucre à usages alimentaires qu’ils le souhaitent. Mais avec une contrepartie : la fin d’un prix garanti.
  • De quoi exposer les producteurs européens de betteraves à sucre aux aléas d’un marché très volatil. Or, depuis octobre, le monde surproduit du sucre, entraînant la chute des prix. En France, quatre sucreries sont menacées de fermeture.

Les sucreries de Cagny, dans le Calvados, Eppeville, dans la Somme, pour Saint-Louis Sucre, filiale française du groupe allemand Südzucker. Celles de Bourdon, dans le Puy-de-Dôme, et Toury, en Eure-et-Loir, pour la coopérative française Cristal Union, connue pour sa marque Daddy…

Sans offre de reprise, ces quatre usines pourraient fermer leurs portes, ont annoncé ces dernières semaines les deux groupes, empêtrés dans la crise mondiale du sucre. Soit quatre sur les 25 usines sucrières encore en activité aujourd’hui en France. Au total, 430 emplois sont menacés, si on ajoute les réductions d’activités prévues par les deux groupes sur leur site de conditionnement. Mais cette crise se répercute aussi sur les betteraviers, les producteurs de betteraves à sucre qui alimentent ces usines.

La fin des quotas européens…

C’est un gros coup dur pour la filière sucrière française, touchée de plein fouet – comme le reste de l’Europe – par la chute du cours mondial du sucre. « Nous entrons dans la phase dure », écrivait, le 19 février dernier, la Conférence générale des planteurs de betteraves (CGB), qui fédère les 26.000 betteraviers français*.

A l’origine de la crise, il y a la convergence de deux phénomènes. Le premier est la suppression des quotas sur la production de sucre dans l’Union européenne en octobre 2017, de la même manière que Bruxelles avait mis fin aux quotas laitiers en avril 2015. « Ce système de quotas imposait à chaque pays de l’UE une limite dans la quantité de sucre qu’il pouvait vendre à des fins alimentaires sur le marché européen, explique Timothé Masson, économiste en charge des marchés à la CGB. Rien n’empêchait de produire plus, mais il fallait trouver d’autres débouchés à cette surproduction. Par exemple, la production d’éthanol utilisé comme biocarburant. »

… Et l’Inde qui fait déborder le marché

En contrepartie, ces quotas de production étaient associés à un prix minimum garanti pour la tonne de sucre et, par extension, pour la tonne de betterave sucrière récoltée par l’agriculteur. En mettant fin à ce système des quotas, l’UE a ainsi permis à sa filière sucre de produire et d’exporter sans contraintes de volumes du sucre à usage alimentaire. Tout en l’exposant à la concurrence internationale et à la très forte instabilité du marché mondial,

On en vient alors au deuxième facteur de cette crise : une surproduction planétaire, fruit de deux années d’excellentes récoltes, aussi bien pour la betterave à sucre que pour la canne à sucre. L’Union européenne y a contribué. « Elle a augmenté de trois millions de tonnes sa production annuelle de sucre depuis la fin des quotas », indique Timothé Masson. De même que la Thaïlande et le Brésil. Mais c’est surtout l’Inde qui a fait déborder le vase, raconte Philippe Chalmin, professeur d’économie à l’université Paris-Dauphine et spécialiste des matières premières. « L’Inde a toujours été un gros producteur de sucre, mais le pays produisait jusque-là autour des 25 millions de tonnes chaque année, soit environ autant que sa consommation intérieure, détaille-t-il. Mais après deux excellentes moussons, l’Inde a porté sa production à plus de 35 millions de tonnes, inondant donc le marché mondial de 10 millions de tonnes d’excédents. » Soit deux fois la production annuelle française à des fins alimentaires.

La tonne de sucre passe de plus de 500 à 300 euros

Résultat : une forte dégringolade du prix de la tonne de sucre, y compris en Europe, puisque le prix n’y est plus garanti, mais désormais fixé sur le cours mondial. « A ce jour, la tonne de sucre se vend 300 euros, quand le prix moyen mondial a été de 390 euros sur les dix dernières années et, qu’au moment de la fin des quotas sucriers, la tonne de sucre se vendait au-dessus des 500 euros. »

Le prix de la tonne de sucre n’est pas le seul à chuter : celui de la tonne de betteraves à sucre, vendue par l’agriculteur aux transformateurs comme Südzucker ou Cristal Union, suit le même chemin. « Au temps de quotas, le prix garanti dans les contrats liant les producteurs et transformateurs était de 25,40 euros, reprend Timothé Masson. Il a été baissé par certains industriels sous les 20 euros aujourd’hui. »

Des signes de sortie de crise ?

Si cette crise ressemble beaucoup à celle du lait en 2015, elle est toutefois moins complexe et devrait moins perdurer, estime le professeur Philippe Chalmin. « La production devrait en effet baisser en Europe pour la campagne 2019-2020 et les Brésiliens devraient réserver une plus grande part de leur production de cannes à sucre à la fabrication d’éthanol », avance-t-il. De quoi réduire le trop-plein et permettre au marché de se rééquilibrer.

Pour l’économiste, la question de réinstaurer des quotas sucriers en Europe pour sortir de la crise, ou en éviter d’autres à l’avenir, ne se pose pas. « On ne refait pas l’Histoire », dit-il. La Confédération générale des planteurs de betteraves ne demande pas plus un retour à l’ancien système, « même si les betteraviers français n’ont jamais été favorables à la suppression des quotas », rappelle Timothé Masson. « Nous demandons en revanche la possibilité pour les agriculteurs, lorsque le marché est peu favorable, de réduire plus facilement la part de leurs terres qu’ils consacrent à la culture de la betterave, précise l’économiste. Les contrats qui lient les betteraviers aux sucriers ne le permettent pas aujourd’hui. »

Deux sucreries à sauver à tout prix

L’autre urgence, pour la CGB, est de sauver les quatre sucreries françaises menacées de fermeture. Ce mercredi, la confédération proposera un plan de reprises pour les deux usines de Saint-Louis Sucre et réfléchit d’ores et déjà à un plan de sauvetage pour les sucreries de Cristal Union. Les dossiers sont complexes, mais vitaux pour la filière. La fermeture de deux sites est particulièrement redoutée : celui de Cagny, tout près de Caen, et celui de Bourdon, dans la région de Clermont-Ferrand.

« Il n’y a aucune autre sucrerie aux alentours, si bien que si elles ferment, les betteraviers n’auront aucun autre site où transformer leurs betteraves à sucre », explique Philippe Chalmin. C’est l’une des caractéristiques de cette culture, explique Timothé Masson : « Il faut très peu de kilomètres entre le champ et la sucrerie sinon, très vite, ce n’est plus rentable ». Ce qui signifierait la fin de la betterave dans ces deux régions.

 

* qui cultivent de la betterave sur une partie de leurs terres