VIDEO. Lyon: La mobilisation s'organise autour d'un universitaire emprisonné en Turquie

INTERNATIONAL Le mathématicien, qui travaille à l’université Lyon-1, est retenu en Turquie depuis le 12 avril et placé en détention provisoire depuis samedi

Caroline Girardon

— 

Un militant kurde masqué essaie de décrocher un drapeau turc à Diyarbakir, à l'Est de la Turquie, le 8 juin 2014
Un militant kurde masqué essaie de décrocher un drapeau turc à Diyarbakir, à l'Est de la Turquie, le 8 juin 2014 — Ilyas Akengin AFP
  • Tuna Altinel, mathématicien et enseignant à l’université Lyon-1 est incarcéré depuis samedi en Turquie, son pays natal.
  • Soupçonné par le gouvernement turc d’avoir fait de la propagande pour « une organisation terroriste », il s’est fait confisquer son passeport le 12 avril.
  • Ses collègues se mobilisent pour que le gouvernement exige sa libération.

Quarante-huit heures après l’incarcération de Tuna Altinel en Turquie, la mobilisation s’organise à Lyon. Cet universitaire, maître de conférences à l’université Lyon-1, vit en France depuis 23 ans. « Il est très bon mathématicien et bénéficie d’une grande renommée dans son domaine », rappelle Christine Charretton, l’une de ses anciennes collègues de travail et, par ailleurs, l’une de ses amies.

Depuis samedi, cet enseignant est détenu en Turquie, son pays natal dans lequel il s’est rendu en avril pour passer deux semaines de vacances. « A son arrivée le 12 avril, son passeport lui a été confisqué. Et désormais, il est en cellule », précise Christine Charretton, « inquiète » pour son ami. « On ne sait pas combien de temps, il peut être emprisonné d’autant plus que l’on dispose de peu d’éléments. On ne sait pas réellement quels sont les chefs d’inculpation et ce qui peut en découler ».

Militant actif pour les droits de l’homme dans son pays

Tuna Antinel n’a jamais renoncé à sa nationalité. Malgré son installation en France, il a continué de militer pour la défense des droits de l’homme dans son pays. « C’est quelqu’un de volontaire, engagé et déterminé dans ce qu’il fait. Il était très actif dans la diffusion des idées qu’il défendait », témoigne son amie, aujourd’hui à la retraite. En 2016, l’enseignant avait signé une pétition, en compagnie de 1.127 universitaires turcs, demandant l’arrêt des opérations militaires contre les Kurdes dans le sud-est du pays.

A l’époque, il avait été poursuivi pour « propagande en faveur d’une action terroriste » et a été entendu par un tribunal au mois de février avant de pouvoir regagner la France sans encombre. C’est lors de sa visite suivante que son passeport lui a été saisi puis invalidé. Sans trop d’explications.

Selon Médiapart, qui s’est entretenu avec l’avocate de Tuna Altinel, le mathématicien aurait officiellement été incarcéré pour avoir participé le 21 février à une conférence organisée à Lyon par l’amicale kurde. Mais cette dernière doute de ce motif invoqué.

Un rassemblement prévu mardi à Lyon

Christine Charretton, quant à elle, a lancé un appel à la manifestation afin de « dénoncer la répression subie en Turquie par les universitaires signataires de la pétition pour la Paix ». Un rassemblement est prévu ce mardi à 18 heures place de la République. L’occasion d’interpeller également le gouvernement et le ministère de l’Enseignement supérieur. « On attend qu’ils se battent pour exiger le retour d’un fonctionnaire du gouvernement français sur le sol français », explique-t-elle.

Ses collègues mathématiciens, réunis ce lundi, envisageraient de créer un comité de soutien. De son côté, l’université Lyon-1 a fait savoir qu’elle publierait prochainement un communiqué pour expliquer sa position officielle.