Otages au Burkina Faso: Qui étaient les deux commandos d’élite tués pendant l’opération de sauvetage?

PORTRAITS Cédric de Pierrepont et Alain Bertoncello ont été tués, dans la nuit de jeudi à vendredi, lors de l’opération militaire qui a contribué à la libération de quatre otages, dont deux Français

Manon Aublanc

— 

Les deux militaires, Maître de Pierrepont, à gauche, et Maître Bertoncello, à droite, tués en opération lors de la libération de quatre otages au Burkina Faso.
Les deux militaires, Maître de Pierrepont, à gauche, et Maître Bertoncello, à droite, tués en opération lors de la libération de quatre otages au Burkina Faso. — Marine nationale

Si l'armée française a réussi à libérer quatre otages, dont les deux Français enlevés au Bénin le 1er mai, deux militaires ont trouvé la mort au cours de l’opération réalisée dans la nuit de jeudi à vendredi au Burkina Faso.

Cédric de Pierrepont, 33 ans, et Alain Bertoncello, 28 ans, officiers mariniers au sein du commandement des opérations spéciales, étaient membres du prestigieux commando Hubert, un groupe d’élite de nageurs de combat spécialisé dans le contre-terrorisme. Un hommage national se tiendra, mardi, aux Invalides à Paris, a annoncé Emmanuel Macron dans la soirée. « Ils ont donné leur vie pour en libérer d’autres. Mardi, nous rendrons un hommage national aux Invalides à Cédric de Pierrepont et Alain Bertoncello. Dès à présent, portons nos pensées vers leurs familles et frères d’armes », a écrit le chef de l’État sur Twitter.

 

Maître Cédric de Pierrepont

Né en 1986, Cédric de Pierrepont a rejoint les équipages de la flotte de la Marine nationale en 2004, avant de se spécialiser, en 2005, comme fusilier marin. En 2007, après avoir réussi son stage commando, il intègre le commando de Penfentenyo. Il rallie le commando Hubert en 2012, avant d’être nommé, en avril 2018, chef de groupe commando, selon un portrait communiqué par la Marine nationale.

En quinze ans de services, Cédric de Pierrepont a été engagé en Méditerranée, au Levant et au Sahel, où il était déployé depuis le 30 mars dernier. Au cours de ses quinze ans de service, l’homme de 33 ans, pacsé, a notamment été décoré de la Médaille d’or de la Défense nationale et de la médaille d’Outre-mer avec agrafes Sahel et Liban.

Maître Alain Bertoncello

Né en 1991, Alain Bertoncello est entré dans la Marine nationale en 2011, via l’école de maistrance. En 2012, il choisit la spécialité de fusilier marin et réussit le stage commando. La même année, il rejoint le commando Jaubert, où il passera cinq ans. Depuis juillet 2017, il avait rejoint le commando Hubert, basé à Saint-Mandrier dans le Var.

En sept ans de service, Alain Bertoncello a notamment participé à des missions aux Seychelles, au Qatar, au Levant et au Sahel, où il était engagé depuis le 30 mars dernier. L’homme de 28 ans, pacsé, était décoré de la Médaille d’Outre-mer pour le Moyen-Orient ainsi que de la Médaille d’argent de la Défense nationale.

Des militaires qui « ont sacrifié leur vie »

Le président Emmanuel Macron « s’incline avec émotion et gravité devant le sacrifice de nos deux militaires qui ont donné leur vie pour sauver celles de nos concitoyens » et « adresse ses sincères condoléances à leurs familles », a déclaré l’Elysée dans un communiqué.

« Morts pour la France cette nuit au Burkina Faso, les commandos marine Cédric de Pierrepont et Alain Bertoncello ont sacrifié leur vie pour sauver celle de 4 otages, désormais libres. Je pense à leurs familles, à leurs frères d’armes. Toute la Nation s’incline devant leur courage », a également réagi la ministre française des Armées Florence Parly.