«Gilets jaunes» à Nantes: Le préfet craint «un rassemblement particulièrement violent» samedi

MANIFESTATION La préfecture de Loire-Atlantique annonce que «des moyens inédits» seront déployés en centre-ville samedi, pour l'acte 26

J.U.
Des CRS face aux manifestants «gilets jaunes», samedi 2 février 2019 à Nantes.
Des CRS face aux manifestants «gilets jaunes», samedi 2 février 2019 à Nantes. — L.Venance/AFP
  • Pour la troisième semaine, le préfet Claude d'Harcourt a interdit aux manifestants de défiler dans le centre-ville, samedi.
  • La préfecture craint des débordements lors de ce défilé, qui vise à dénoncer la «répression policière excessive» à Nantes.

Les manifestations se suivent et se ressemblent, ou pas. A l’occasion de l’acte 26 des «gilets jaunes», le rassemblement qui s’annonce ce samedi à Nantes pourrait être « particulièrement violent », a annoncé ce vendredi le préfet Claude d’Harcourt, lors d’un point presse spécialement organisé pour l’occasion.

« Il s’agira du rassemblement du grand Ouest, auquel 2.000 personnes pourraient participer, continue Claude d'Harcourt. Parmi elles, nous anticipons la venue de 500 membres de l’ultra gauche prêts à attaquer les forces de l’ordre et les symboles de notre société, et animés par un esprit de revanche. » Selon le préfet, « de nombreux achats de mortiers agricoles, des armes dangereuses pour leur effet assourdissant » ont été réalisés ces derniers jours.


Des moyens « inédits »

Ainsi, si les effectifs de forces de l’ordre n’ont pas été dévoilés, la préfecture annonce que « des moyens inédits » depuis le début du mouvement seront déployés ce samedi. En plus d’un nouvel arrêté d'interdiction du centre-ville, le stationnement ne sera pas non plus autorisé dans le périmètre. « La sécurisation des chantiers sera renforcée, complète Jean-Christophe Bertrand, le directeur départemental de la sécurité publique. Des contrôles d’identité et de sacs seront effectués de façon préliminaire. »

En plus, des contrôles routiers seront prévus dès ce vendredi soir, aux abords de l’agglomération. Les commerçants, eux, ont reçu la consigne de « prendre des mesures de sécurité renforcée ». Certains pourraient choisir de baisser le rideau toute la journée. « Nous demandons aux manifestants pacifiques de ne pas venir défiler ce jour-là », ajoute Claude d’Harcourt. Comme d’habitude, les transports en commun seront coupés dans l’hypercentre à partir de 13h.

« Répression policière excessive »

Sur les réseaux sociaux, depuis plusieurs jours, les organisateurs de la manifestation de samedi appellent « la France » à se rassembler à Nantes pour dénoncer la « répression policière excessive nantaise ». Depuis le début du mouvement, plusieurs témoignages ou vidéos font état de violences de la part forces de l’ordre, que ces gilets jaunes estiment « sans tolérance face aux mouvements sociaux ». En janvier dernier déjà, alors que la mobilisation ne faisait que commencer, six manifestants avaient déposé plainte pour des faits de « violences volontaires avec arme par personne dépositaire de l’autorité publique ».

Selon la préfecture, l’IGPN n’a à ce jour ouvert aucune procédure. Au total, 223 interpellations ont été réalisées dans la Cité des ducs.