VIDEO. Carburant: Les prix continuent de flamber

ESSENCE La décision de l’Opep sur le prix du baril ainsi que les sanctions américaines expliquerait la flambée des prix

J.-L. D.

— 

Une station d'essence
Une station d'essence — GILE MICHEL/SIPA

Malgré la crise des « gilets jaunes », le prix du carburant ne descend pas. Au contraire, il continue de flamber. Selon les chiffres officiels, datant du 29 avril, le sans-plomb coûte 1,5802 euro le litre, et le diesel 1,4818 euro. Des montants proches des pics de 2018.

Comme le rapporte BFM TV, ce prix est dû en partie à un accroissement des taxes. La part des taxes dans le prix du litre est de 61,3 % aujourd’hui contre 50,4 % en février 2013. Même évolution pour le gazole, pour lequel les taxes pèsent 56,7 % du montant total actuellement, là où elles ne représentaient « que » 46,8 % il y a six ans.

Un contexte géopolitique tendu

Pour autant, l’envolée des prix ne peut être imputée qu’à une surtaxe. Depuis janvier, c’est surtout le choix des pays producteurs de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole d’augmenter le prix des barils, en diminuant leur production, qui pèse sur les pompes françaises. Sans parler des sanctions américaines contre l’Iran et le Venezuela, deux pays qui font partie du gratin des producteurs d’or noir.

Allez, un motif d’espoir quand même. Le prix du baril a récemment baissé, ce qui devrait finir par se répercuter sur l’essence française. Et si Donald Trump décide à relever les taxes douanières sur les exportations chinoises, la croissance du commerce mondial pourrait s’affaiblir, entraînant la baisse de la demande en pétrole, et donc la baisse des prix.