Enquête pour «viol en réunion»: Sept pompiers de Paris en garde à vue

ENQUETE Selon « Le Parisien », une étudiante norvégienne a porté plainte samedi contre les militaires

20 Minutes avec AFP

— 

Les faits auraient eu lieu à la caserne Plaisance, dans le 14e arrondissement de Paris.
Les faits auraient eu lieu à la caserne Plaisance, dans le 14e arrondissement de Paris. — NICOLAS MESSYASZ/SIPA

Sept sapeurs-pompiers de Paris étaient toujours en garde à vue dimanche soir dans le cadre de l’enquête de flagrance ouverte la veille pour « viol en réunion » dans une caserne parisienne, a-t-on appris de source proche du dossier.

Selon Le Parisien, qui avait dévoilé l’enquête samedi soir, une étudiante norvégienne, et non allemande comme indiqué dans un premier temps, a porté plainte samedi contre les militaires.

« Relations non consenties avec six ou sept pompiers »

D’après le quotidien, dans la nuit de vendredi à samedi, un des militaires est revenu vers 4h du matin à la caserne Plaisance, dans le 14e arrondissement de la capitale, accompagné de cette jeune femme rencontrée lors d’une soirée arrosée avec des collègues.

La jeune femme aurait affirmé avoir eu un rapport sexuel consenti avec lui dans sa chambre, « décrite comme très sombre et sans lumière, relation suivie d’autres non consenties avec des pompiers, six ou sept, selon elle », rapporte Le Parisien. L’étudiante se serait alors enfermée dans les toilettes, avant d’être retrouvée par une de ses amies au matin, « en état de choc », selon le journal.