Rocher gravé du Finistère: «C'est peut-être du breton, du vieux breton ou du chouan… On ne sait pas trop»

MYSTERE Dans la rade de Brest, un rocher sur lequel a été gravé un mystérieux texte intrigue depuis toujours les habitants du coin. La mairie offre une prime à quiconque le déchiffrera

Thibaut Chevillard

— 

De mystérieuses inscriptions datant du XVIIIe siècle ont été retrouvées sur une roche dans l'anse du Caro.
De mystérieuses inscriptions datant du XVIIIe siècle ont été retrouvées sur une roche dans l'anse du Caro. — Mairie de Plougastel-Daoulas
  • Un rocher sur lequel est gravé un étrange texte intrigue les habitants de la presqu’île de Plougastel-Daoulas.
  • Il pourrait s’agir d’inscriptions datant du XVIIIe siècle. Mais personne n’est parvenu à déchiffrer le fameux message ni même à connaître son auteur.
  • La municipalité de Plougastel-Daoulas promet 2.000 euros à celui qui réussira à percer le mystère qui entoure cette roche.

Latitude : 48°20’41’’ Nord. Longitude : 4° 26' 37’’ Ouest. L’endroit n’est pas facile d’accès. Il faut emprunter un petit chemin en voiture depuis le hameau d’Illien ar Gwen, sur la presqu’île de Plougastel-Daoulas, dans la rade de Brest (Finistère). Puis, après avoir dépassé la pointe du Corbeau, il reste 700 mètres à parcourir à pied sur la plage en direction de l’anse du Caro. Lors des grandes marées, la mer d’Iroise vient lécher les pieds d’une  roche sur laquelle ont été gravées, sans doute au XVIIIe siècle, d’énigmatiques inscriptions qui fascinent et intriguent depuis lors les habitants du coin.

Personne dans la région, pas même les plus anciens, ne connaît la signification de ce texte commençant par les mots « grocar drear diozeevbio » et dont la majorité des caractères est en capitales. « C’est peut-être du breton, du vieux breton ou du chouan… On ne sait pas trop », souffle Michel Paugam, 69 ans. Celui qui est aujourd’hui délégué au petit patrimoine à la mairie de Plougastel-Daoulas s’interroge depuis des années sur le sens de cette inscription et sur l’identité de son ou ses auteurs. « Si quelqu’un a pris la peine de graver une vingtaine de lignes, ce n’est pas pour simplement dire qu’il fait beau à Plougastel », explique-t-il à 20 Minutes.

Opération « mystère Champollion »

Michel Paugam est pourtant entré en contact avec des associations et des chercheurs pour tenter de percer le secret de la roche de l’anse du Caro. Dessus, on distingue aussi des lettres à l’envers, un coeur vendéen ainsi qu’un dessin de voilier. « Cela peut laisser penser que des gens sont venus en bateau ou qu’ils en cherchaient un pour repartir. On peut s’imaginer plein de choses », poursuit-il. Il y a également trois dates : 1786 et 1787 et 1920. Selon la grand-mère d’un habitant, la dernière a été ajoutée au XXe siècle par un soldat russe en garnison dans le fort du Corbeau durant la Première Guerre mondiale. Les autres dateraient bien du XVIIIe siècle.

De nombreuses personnes se sont déjà penchées sur cette énigme, mais personne n’est parvenue à la comprendre. C’est la raison pour laquelle la municipalité de Plougastel-Daoulas a lancé, début mai, l’opération « mystère Champollion ». Un clin d’œil à l’égyptologue français qui fut le tout premier à traduire les hiéroglyphes au XIXe siècle. Elle propose aux linguistes, historiens, universitaires, étudiants ou passionnés de gagner 2.000 euros s’ils parviennent à déchiffrer l’inscription gravée (non pas dans le bitume) dans la roche. Les participants peuvent envoyer leur dossier jusqu’au 30 novembre. Un jury de cinq personnes les étudiera ensuite et désignera le gagnant.

xxx
xxx - mairie de Plougastel-Daoulas

Depuis que le journal Ouest-France a relaté l’histoire, dans son édition du 2 mai dernier, la municipalité a déjà reçu une cinquantaine d’inscriptions venant de la France entière. C’est « phénoménal », souffle Michel Paugam. Le délégué au petit patrimoine de la mairie de Plougastel-Daoulas « espère fortement » que l’opération de la municipalité permettra, enfin, de percer le mystère de la roche de l’anse du Caro.

Pour obtenir plus d’informations sur le concours : veronique.martin@mairie-plougastel.fr