Deux femmes de chambre refont un lit dans un hôte. (Photo d'illustration).
Deux femmes de chambre refont un lit dans un hôte. (Photo d'illustration). — Franck Fife AFP

SOCIAL

Marseille: «On travaille comme des esclaves», dénoncent des femmes de chambre d’un hôtel 4 étoiles, en grève depuis 3 semaines

Le personnel de l’hôtel haut de gamme NH Collection dénonce les conditions de travail et salariales après la reprise du marché du ménage par un nouveau sous-traitant.

Les femmes de chambre d’un hôtel quatre étoiles de Marseille ont entamé jeudi leur 22e jour de grève, réclamant à leur employeur, le groupe Elior Services, une amélioration de leurs conditions salariales et de travail.

« On travaille comme des esclaves depuis l’arrivée (de ce) nouveau sous-traitant », qui a repris le marché du ménage dans cet hôtel haut de gamme, NH Collection, il y a quelques mois, explique Leïla, l’une des grévistes.

Des mouvements sociaux éclatent régulièrement dans l’hôtellerie

Lors d’une première rencontre acceptée par les grévistes mardi, « nous avons fait des propositions d’amélioration des conditions de travail et d’explication des ressources humaines », a précisé le directeur des opérations d’Elior Services pour le sud de la France, Jérôme Bourbousson, qui attend leur réponse.

Des mouvements sociaux éclatent régulièrement dans l’hôtellerie, souvent liés à des reprises de personnel par des sous-traitants. A Marseille, des femmes de chambre ont par exemple eu gain de cause à l’Intercontinental ou au Golden Tulip, a relevé Lara Schäffer, juriste au syndicat CNT qui les accompagne.