Treize «campus connectés» pour étudier à distance créés à la rentrée 2019

EDUCATION Ce dispositif annoncé par Emmanuel Macron proposera environ 60 formation diplômantes

N.Sa avec AFP

— 

La ministre de l’Enseignement supérieur Frédérique Vidal.
La ministre de l’Enseignement supérieur Frédérique Vidal. — NICOLAS MESSYASZ/SIPA

Une douzaine de villes, éloignées des pôles universitaires, proposeront à la rentrée prochaine un « campus connecté », un dispositif annoncé par le président Emmanuel Macron pour « toucher des jeunes qui sans cela seraient privés d’études », a indiqué la ministre de l’Enseignement supérieur.

Dans un entretien au Parisien à paraître vendredi, Frédérique Vidal annonce le lancement d’une phase expérimentale dans 13 villes, dont Saint-Brieuc (Côtes-d’Armor), Cahors (Lot) et Bar-le-Duc (Meuse). Ces sites « vont offrir environ 60 formations diplômantes », où les étudiants « suivront des cours à distance, sur ordinateur », accompagnés par des tuteurs qui ne seront toutefois pas des enseignants, précise la ministre.

Les mêmes examens et les mêmes diplômes

Elle donne en exemple une licence d’éco-gestion, dont les cours seront ceux de l’université Grenoble-Alpes, avec un tutorat (dont les travaux dirigés) exercé par les enseignants de cette université.

Les jeunes auront un emploi du temps et passeront les mêmes examens que les autres, qui donneront le même diplôme. Les contenus seront identiques aux cours dispensés dans la fac mais « avec une pédagogie adaptée » à l’enseignement à distance, a ajouté Frédérique Vidal.

« Toucher des jeunes qui sans cela seraient privés d’études supérieures »

Le ministère vise pour chaque site entre 20 et 30 étudiants. « L’idée est de toucher des jeunes qui sans cela seraient privés d’études supérieures », dit encore la ministre de l’Enseignement supérieur. Les formations proposées seront majoritairement des BTS, des licences de littérature, de droit, de langue étrangère, de mathématiques etc. L’offre est destinée à être élargie au fil des ans et le ministère vise une centaine de sites en 2022.

Les droits d’inscription seront les mêmes que pour les autres étudiants de l’université qui fournit le contenu pédagogique. Les boursiers seront exemptés, comme c’est le cas pour toute inscription à la fac.