«Gilets jaunes» à Toulouse: Dix mois de prison ferme pour le manifestant à la fronde

JUSTICE Un homme de 37 ans a écopé de 18 mois de prison, dont dix fermes, ce jeudi à Toulouse. Recherché depuis trois mois, il avait été arrêté samedi lors de l’acte 24 des « gilets jaunes »

H. M. et N. S.

— 

Un manifestant armé d'une fronde lors de l'acte 9 des «gilets jaunes», le 12 janvier 2019 à Caen. Illustration.
Un manifestant armé d'une fronde lors de l'acte 9 des «gilets jaunes», le 12 janvier 2019 à Caen. Illustration. — Ch. Triballeau / AFP

Ecroué depuis lundi soir à la maison d’arrêt de Seysses, il va rester en détention. Jugé en comparution immédiate, un homme de 37 ans a été condamné ce jeudi à 18 mois de prison, dont dix fermes, par le tribunal correctionnel de Toulouse. Une peine assortie de deux ans de mise à l’épreuve.

Le trentenaire avait été arrêté samedi lors de l’acte 24 de la mobilisation des « gilets jaunes » dans la Ville rose, après avoir jeté des projectiles sur des policiers, avec le visage dissimulé par un masque de ski. Mais après enquête, il est apparu que ce manifestant était recherché depuis trois mois pour avoir balancé des pierres sur les forces de l’ordre avec une fronde, le 26 janvier.

Au cours de cet acte 11, il avait été également repéré en train de dégrader à coups de pied deux agences bancaires situées sur le boulevard Carnot.