Héritage de Johnny: Le transfert d'avoirs aux Etats-Unis à nouveau retardé

HERITAGE Le juge américain avait déjà décidé d’attendre la décision française avant de se prononcer sur le transfert des actifs du chanteur vers un trust, basé en Californie et au seul bénéfice de Laeticia

20 Minutes avec AFP

— 

De g. à dr : Jade, Joy et Laeticia Hallyday, Laura Smet et David Hallyday, le 9 décembre 2017 sur le parvis de l'église de la Madeleine (Paris) lors des obsèques de Johnny Hallyday.
De g. à dr : Jade, Joy et Laeticia Hallyday, Laura Smet et David Hallyday, le 9 décembre 2017 sur le parvis de l'église de la Madeleine (Paris) lors des obsèques de Johnny Hallyday. — Francois Mori/AP/SIPA

Un tribunal américain, qui devait trancher sur le transfert de certains avoirs de Johnny Hallyday sur le sol américain, a reporté sa décision au 26 juin, dans l’attente d’une décision de la justice française, a indiqué mercredi un avocat d’un des enfants du chanteur. Ce tribunal, qui avait une première fois renvoyé sa décision au 30 avril, a décidé d’un nouveau délai, selon Me Pierre-Jean Douvier, avocat de David Hallyday.

Depuis la mort du chanteur, en décembre 2017, une bataille judiciaire oppose les deux enfants aînés du rockeur à la veuve de leur père, Laeticia Hallyday, et leurs deux filles, Jade et Joy. Dans son testament, Johnny Hallyday avait légué à sa dernière épouse l’ensemble de son patrimoine, sans rien laisser à ses deux aînés.

Laura Smet et David Hallyday estiment que c’est en France que doit être tranchée la question de l’héritage, alors que Laeticia veut porter l’affaire devant les tribunaux américains, dernier lieu de résidence de la star.

Le JPS Trust est considéré comme un « coffre-fort »

Une audience s’est tenue le 29 mars à Nanterre pour examiner la compétence de la justice française : la décision doit être rendue le 28 mai. Le juge américain avait déjà décidé le 30 avril d’attendre la décision française avant de se prononcer sur le transfert des actifs ayant appartenu au chanteur vers un trust, basé en Californie et établi par Johnny Hallyday avant sa mort, au seul bénéfice de Laeticia.

Le JPS Trust – pour Jean-Philippe Smet –, est considéré comme un « coffre-fort » par les avocats des aînés du chanteur : le transfert des actifs est « un aller simple » et « irréversible », estiment-ils. Le premier « trustee », responsable du trust, Bank of America, a démissionné de sa gestion et a été remplacé par la société San Pasqual.

Auparavant, Bank of America avait demandé en juillet à ce que soient ajoutées au JPS Trust les Harley Davidson de la star française, ses voitures de luxe mais aussi ses redevances, notamment celles de son album posthume Mon pays c’est l’amour, sorti en octobre et qui s’est écoulé à plus de 1,2 million d’exemplaires. Ce transfert a donc été suspendu, a précisé Me Douvier. Les aînés ont déjà obtenu de la justice française le gel des propriétés immobilières françaises du chanteur, ainsi qu’une partie de ses royalties et droits d’auteur, pour éviter toute mise en trust.