VIDEO. Défilé du 1er mai: 315 placements en garde à vue à Paris

ARRESTATIONS Plus de 15.000 contrôles préventifs ont été effectués

20 Minutes avec AFP
— 
La manifestation du 1er Mai 2019 à Paris a attiré de nombreux gilets jaunes.
La manifestation du 1er Mai 2019 à Paris a attiré de nombreux gilets jaunes. — LEWIS JOLY/JDD/SIPA

Trois cent quinze placements en garde à vue étaient comptabilisés à Paris mercredi à 21h45, en lien avec la manifestation du 1er-Mai dans la capitale, a indiqué le parquet de Paris. La préfecture de police de Paris a dénombré de son côté 330 interpellations et plus de 15.000 contrôles préventifs effectués par les forces de l'ordre.

Dans le détail, 303 majeurs et 12 mineurs ont été placés en garde à vue dans le capitale. Parmi eux, «plus de trente» l'ont été à la suite de l'irruption de dizaines de participants au défilé dans l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière, a précisé le parquet.

Selon un comptage réalisé pour un collectif de médias par le cabinet Occurrence, quelque 40.000 personnes ont manifesté mercredi à Paris, un nombre évalué à 80.000 par la CGT.

Premiers heurts en début de manifestation

Plus de 7.400 membres des forces de l'ordre devaient être déployés lors de la manifestation parisienne, avait déclaré mardi le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, en promettant la « plus grande vigilance » face à la présence annoncée de « 1.000 à 2.000 activistes radicaux ».

De premiers heurts ont éclaté vers 13 heures, entre des forces de police et des « black blocs ». Dans une ambiance tendue, des grenades de désencerclement et lacrymogènes ont été lancées par les forces de l’ordre sur quelques centaines de militants anticapitalistes « black blocs », vêtus de noir et masqués, qui avaient remonté en colonne la manifestation au milieu de « gilets jaunes » sur le boulevard du Montparnasse, dans un quartier cossu de la capitale.

Trois ressortissants de nationalité étrangère font également partie des individus placés en garde à vue, a souligné le parquet de Paris. Ils l'ont notamment été pour «détention et transports d'armes de catégorie A» et «association de malfaiteurs en vue de la commission de crimes ou délits». Une source proche du dossier a souligné qu'il s'agit de deux Allemands et d'une Espagnole.

Selon une source policière, ils ont été contrôlés dans la nuit de mardi à mercredi vers 2h20 près de la Gare du Nord, dans le Xe arrondissement de la capitale, alors qu'ils manipulaient des bidons d'essence à proximité d'une voiture immatriculée en Espagne.