VIDEO. Défilé du 1er-Mai: La CGT dénonce «une répression inouïe» après l'exfiltration temporaire de Philippe Martinez

SYNDICAT Le secrétaire général s'est retrouvé coincé entre les policiers et les «black blocs» 

N.R. avec AFP

— 

Philippe Martinez lors d'une manifestation à Paris, en février 2019.
Philippe Martinez lors d'une manifestation à Paris, en février 2019. — Vincent Loison/SIPA

Un 1er-Mai chahuté pour Philippe Martinez. Le secrétaire général de la CGT a dû quitter temporairement le défilé parisien ce mercredi. Comme l'a constaté un journaliste de l'AFP présent sur place, il été contraint de se mettre en retrait du cortège de tête, après s'être retrouvé coincé entre des « black blocs » et des forces de l'ordre. 

Lorsqu'il s'est replié vers une rue adjacente, il a essuyé des jets de bouteilles « par un groupe d'individus », selon un militant CGT. Néanmoins, Philippe Martinez a pu rejoindre par la suite le défilé. « Je suis juste un peu en retrait » a-t-il indiqué par téléphone à l'AFP. 

Suite à cet épisode, la CGT a envoyé un virulent communiqué. « Une répression inouïe et sans discernement a eu lieu suite aux actes de violence de certains, explique le syndicat. Nos camarades présents, y compris notre secrétaire général, se font gazer et reçoivent des grenades. Ce scénario (...) est inadmissible dans notre démocratie ».