Une femme au travail sur son ordinateur (image d'illustration).
Une femme au travail sur son ordinateur (image d'illustration). — Pixabay

ETUDE

Travail: Un Français sur cinq estime que son emploi est dépourvu de sens et d'utilité

Près de 18 % des Français ont le sentiment d’occuper un « bullshit job », soit un « job à la con »

Que pensent les Français de leur emploi ? Près d’un Français sur cinq a le sentiment d’occuper un bullshit job, c’est-à-dire un travail inutile dont on ne perçoit pas le sens, selon une étude sur le sens au travail réalisée par Kantar TNS pour Randstad, révèle Le Figaro, ce mardi.

Selon le sondage, 18 % des personnes interrogées estiment que leur travail est inutile, voire dépourvu de sens. Si ce premier constat n’est pas très reluisant, l’étude révèle que les Français savent rebondir pour redonner du sens à leur activité professionnelle.

Changer complètement de profession, la solution magique ?

Plus de deux Français sur dix (23 %) estime que la solution se trouve dans la création de sa propre activité. En 2018, plus de deux créations d’entreprises sur cinq sont le fait de microentrepreneurs.

Pour 20 % des personnes interrogées, il faut tout simplement changer de profession. Certains, moins radicaux, estiment que le changement peut intervenir en interne, dans la même entreprise (13 %). Pour 12 % des Français, la solution est de conserver le même type de poste, mais en changeant complètement de secteur. Un sondé sur dix pense qu’il faut changer de type d’organisation (entreprise, ONG, secteur public, ou association…).

Les Français réticents à faire des sacrifices pour un emploi plus utile

Pour tenter de redonner du sens à leur travail, la moitié des personnes interrogées estiment que la solution se trouve dans la formation et la reconversion professionnelle. Une autre partie estime que la mobilité géographique peut permettre de retrouver l’envie de travailler.

Mais les Français ne sont pas forcément prêts à faire des sacrifices pour avoir un emploi, perçu comme utile : seuls 28 % des personnes interrogées sont prêtes à renoncer à la sécurité de l’emploi et 25 % à accepter des conditions de travail moins favorables. Plus encore, les Français sont réticents à sacrifier leur couverture sociale et leur salaire pour un emploi, perçu comme ayant du sens : seuls 22 % des sondés sont prêts à accepter une couverture sociale (santé, chômage, retraite) plus faible et 20 % à envisager de diminuer leur salaire pour retrouver un emploi perçu comme utile.