Loire: Le tribunal administratif autorise la construction d'une mosquée à Saint-Chamond

POLEMIQUE Le tribunal administratif de Lyon a rejeté la requête de huit particuliers ayant attaqué le permis de construire délivré par le maire de la commune

C.G.

— 

Prière du vendredi dans une mosquée. Illustration.
Prière du vendredi dans une mosquée. Illustration. — K. Konrad - Sipa

Il y aura bien une mosquée construite sur la commune de Saint-Chamond dans la Loire. Le tribunal administratif de Lyon a rejeté mardi la requête présentée par huit particuliers, qui demandaient l’annulation d’un permis de construire, délivré par le maire en septembre 2017.

« Aucune des critiques formulées ne pouvant être retenue », le tribunal a donc décidé d’autoriser la construction de l’édifice. Pour cela, il s’est basé sur plusieurs points précis, à commencer par le dossier du permis, qu’il estime « complet ». « Il permet à la commune d’identifier clairement les modalités d’accès prévues », argumente-t-il.

Suffisamment de places de stationnement

Autre critique soulevée par les particuliers : les places de stationnement aux abords du futur édifice. « Le plan local d’urbanisme ne fixe pas de chiffre précis, mais exige que les stationnements prévus correspondent aux besoins des constructions », justifie-t-il dans un arrêté que 20 Minutes a consulté. Le projet prévoit la construction de 130 places pour les véhicules et 18 places pour les vélos.

« Le terrain est accessible par les piétons et il est desservi par plusieurs lignes de transport en commun. Au vu de l’ensemble de ces éléments, le tribunal a estimé que les stationnements prévus n’étaient pas insuffisants », argumente-t-il, précisant également que la sécurité des accès prévus était « suffisante ».

Le projet prévoit de construire sur un terrain de deux hectares, une mosquée comprenant une salle pour 1 070 fidèles et une autre pour 245.