Auchan: «La vente des 21 sites est un drame pour les salariés», selon un syndicaliste

ECONOMIE Le groupe français, en difficulté économique, a annoncé la vente de 21 de ses sites. Plus de 700 salariés sont concernés

Propos recueillis par Francois Launay

— 

Un supermarché Auchan (illustration)
Un supermarché Auchan (illustration) — AFP
  • Le groupe Auchan a annoncé mardi matin qu’il allait céder 21 de ses sites.
  • 787 salariés sont concernés et un plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) va être mis en place pour ceux qui ne trouvent pas de repreneur.
  • Les syndicats sont en colère contre les choix stratégiques faits par leurs dirigeants ces dernières années.

Les salariés d’Auchan ont la gueule de bois. Ce mardi matin, le géant français de la grande distribution, en grande difficulté économique, a annoncé la cession de 21 de ses sites* ce qui va directement impacter 787 salariés.

Au cas où certains sites ne trouveraient pas de repreneur, Auchan s’engage à accompagner tous les collaborateurs concernés. Un plan de sauvegarde de l’emploi sera donc ouvert et négocié avec les partenaires sociaux de l’entreprise très remontés contre cette décision. Guy Laplatine, délégué syndical CFDT chez Auchan Retail, ne cache pas son inquiétude.

Quel est votre sentiment après les annonces faites par Auchan ce mardi matin ?

On a un sentiment de colère, de tristesse et de révolte. Ce sont des magasins qui ferment. On est dans le dur.

Comment en est-on arrivé là ?

Il y a déjà un contexte qui fait qu’il y a une désaffection de la grande distribution. Il n’y a pas que chez nous que ça ne va pas bien. Mais il y a aussi des choix stratégiques lamentables qui ont été faits à certaines époques sur la façon de faire ou plutôt de ne plus faire du commerce. A l’époque de la guerre des prix, ils ont fait des choix à l’envers de tout le monde. On a arrêté la promo, on a arrêté la pub alors que la concurrence mettait le paquet là-dessus. Cela nous a fait perdre des parts de marché qu’on n’a pas récupérées. Il y a vraiment des erreurs qui ont été commises.

C’est la première fois qu’Auchan prend une décision aussi forte ?

C’est la première fois qu’on est dans un plan de sauvegarde de l’emploi contraint sur un nombre aussi important. On n’est pas dans un plan de départ volontaire. 787 salariés sont concernés. On va définir les conditions dans un accord de PSE. Ce qu’on veut, c’est étendre la possibilité de reclassement des salariés concernés pas simplement sur Auchan mais à l’ensemble du groupe Mulliez  (propriétaire d’Auchan mais aussi Decathlon, Leroy Merlin, Saint-Maclou…). Il faut mutualiser les moyens et étendre les possibilités de reclassement sur tout le groupe.

Des contestations sont-elles prévues ?

Là, on vient juste de prendre la claque. On va voir avec les équipes mais il y aura certainement des actions qui vont être menées. Je viens d’avoir un salarié concerné qui n’est pas bien. Je l’ai rassuré en lui disant qu’on allait le recaser. Mais ceux qui travaillent dans des sites qui vont être repris vont sans doute perdre les avantages sociaux liés à Auchan. Dans tous les cas, c’est un drame pour les salariés.

 

* -13 supermarchés situés à Faulquemont (57), Tours (37), Esvres (37), Roanne (42), Marquette-Lez-Lille, (59), Arras (62), Perpignan (66), Mulhouse (68), Rouen (76), Albert (80), Athis-Mons (91), Chevilly-La-Rue (94), Saint-Ouen L’Aumône (95).

- 4 Chronodrive situés à Agen (47), Bayonne (64), Caen (14), Vannes (56)

- 2 Halles d’Auchan situés à Meaux (77) et Bobigny (93)

- 1 hypermarché situé à Villetaneuse (93)

- 1 centre de préparation Auchandirect situé à Marseille (13